APS
SENEGAL-SANTE

"Ebola, le Sénégal un cas" retrace le processus de circonscription du virus (réalisateur)

Dakar, 24 juil (APS) – Le caméraman et réalisateur Adama Cissé a retracé le processus de circonscription et de guérison du seul cas importé de la maladie à virus Ebola au Sénégal dans un documentaire intitulé "Ebola, le Sénégal un cas".


Le film documentaire d’une durée de 13 minutes diffusé récemment en avant-première au Centre international du commerce extérieur du Sénégal (CICES) évoque notamment la psychose née de l’internement en 2014 au Centre hospitalier universitaire de Fann, d’un jeune patient guinéen rentré au Sénégal en étant contaminé par le virus.

"Ebola avait créé la psychose dans tout au Sénégal. C’était la première fois que beaucoup entendaient parler de cette épidémie de grande ampleur", a expliqué le réalisateur du documentaire dans un entretien à l’APS.

"Ebola, le Sénégal un cas" est un film documentaire qui résume le processus d’élimination du seul cas importé de la maladie à virus Ebola au Sénégal. C’est le fruit de deux ans de travail, a expliqué Adama Cissé.

"Dès l’apparition de la maladie au Sénégal j’ai pris mes dispositions pour remplir ma banque de données", a rappelé le réalisateur qui révèle avoir été inspiré par le président de la République dans le choix du titre, lors que Macky Sall l’a pour la première fois évoqué publiquement.

"Le flair de chasseur d’images m’avait fait sentir cela. Au moment où le système de santé faisait face au virus, je me disais que c’était une première au Sénégal. Je devais donc de prendre le maximum d’éléments et d’interview à ce sujet", a-t-il fait remarquer.

"J’ai été conforté dans l’idée de faire ce film par l’inauguration par le chef de l’Etat en février dernier du Centre d’opération des urgences au Sénégal (COUS). Macky Sall s’était alors demandé pourquoi aucun documentaire sur l’apparition du virus Ebola au Sénégal n’avait pas encore été fait" note-t-il.

"C’est en ce moment que je m’y suis pleinement mis, d’autant plus que j’avais beaucoup d’éléments à ma disposition. Il m’a juste fallu de faire quelques interviews supplémentaires pour compléter mon film", a-t-il fait valoir.

Adama Cissé souligne également "avoir eu la chance d’avoir été au cœur du processus de circonscription" de cette maladie qui avait créé la panique chez bon nombre de Sénégalais.

"Il y avait un vide documentaire et je me suis préparé en conséquence en interviewant la représentante résidente de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) de l’époque, et le ministre sénégalais de la Santé et de l’Action sociale de l’époque (Awa Marie Coll Seck) bien d’autres acteurs impliqués dans la gestion de ce cas d’Ebola", s’est-t-il souvenu.

Il a ajouté : "J’ai aussi eu la chance d’avoir dans le film, l’interview du président Macky Sall, des personnalités impliquées dans la prise en charge, mais aussi du jeune guinéen qui avait amené le virus au Sénégal".

Selon lui, cela lui a permis de "retracer tout le circuit fait par le jeune guinéen, en passant par les autorités sanitaires aux structures de prise en charge et parents du malade lui-même pour réaliser ce film documentaire sur fonds propre".

"Par mes propres moyens, j’ai fait ce film et, en tant que novice dans le milieu de la distribution cinématographique, je suis en train de chercher des partenaires pour m’aider à pénétrer le circuit pour pouvoir diffuser mon film", fait-t-il savoir.

"Ce film documentaire revient sur la participation des différents acteurs et les acquis du système sanitaire sénégalais et propose des idées de son amélioration", souligne son réalisateur qui envisage de se rendre en Guinée pour connaître davantage l’histoire de ce jeune patient guinéen à l’origine de la présence de la maladie au Sénégal. 

LTF/AKS/PON