Dakar et Rome signent une convention d’entraide pénale
APS
SENEGAL-ITALIE-COOPERATION

Dakar et Rome signent une convention d’entraide pénale

Dakar, 4 jan (APS) – Le ministre sénégalais des Affaires étrangères et son homologue italien Angelino Alfano ont procédé, jeudi à Dakar, à la signature d’une convention d’entraide pénale, a appris l’APS. 
 
Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la République d’Italie a séjourné à Dakar, les 03 et 04 janvier dans ‘’le cadre du renforcement des excellentes relations de coopération bilatérale et multilatérale entre le Sénégal et l’Italie’’, indique un communiqué du ministère sénégalais des Affaires étrangères.
 
Angelino Alfano s’est entretenu avec son homologue sénégalais Maître Sidiki Kaba, souligne la même source. Elle précise que ‘’leurs discussions ont porté sur les relations bilatérales fondées sur des liens d’amitié de longue date et sur le partage de valeurs communes d’attachement à la démocratie, à la promotion des Droits de l’Homme, d’engagement pour la paix et la sécurité internationales’’.
 
Elle ajoute qu’au plan bilatéral, les deux ministres ‘’se sont félicités du développement de la coopération entre le Sénégal et l’Italie, notamment dans les secteurs couverts par le Programme-Pays de la coopération italienne que sont : l’Agriculture et le Développement rural, l’Appui au secteur privé et au Développement économique local, la Protection sociale, le Genre et l’Education’’.
 
Kaba et Alfano ‘’ont convenu de se mobiliser pour le renforcement de la coopération économique pour accompagner la mise en œuvre du plan Sénégal émergent’’.
 
Le communiqué souligne que compte tenu des liens culturels entre les deux pays, l’Italie ‘’va ouvrir prochainement un Institut culturel à Dakar qui va contribuer au renforcement de l’intégration, de part et d’autre, des diasporas des deux pays’’.
 
Il note qu’au plan multilatéral, les deux ministres ‘’ont salué la coopération suivie entre nos deux pays au sein des Organisations internationales, notamment au Conseil de sécurité des Nations Unies et à la Cour pénale internationale’’.

OID/ASG