Covid-19 : AHDIS salue l’assouplissement des mesures de restriction des déplacements
APS
SENEGAL-SANTE

Covid-19 : AHDIS salue l’assouplissement des mesures de restriction des déplacements

Dakar, 6 mars (APS) – Action humaine pour le développement intégré au Sénégal (AHDIS) salue l’assouplissement des mesures de restriction des déplacements et ‘’l’appel au calme lancé par le gouvernement’’ à la suite des violentes manifestations.
 
‘’Nous avons appris avec satisfaction (…) que les autorités sénégalaises vont vers un assouplissement des mesures de restriction des déplacements des populations qui, malheureusement, n’ont pas eu les effets escomptés’’, écrit Amacodou Diouf, le président du conseil d’administration de cette organisation, dans un communiqué.
 
‘’Aussi saluons-nous l’appel au calme lancé par le gouvernement face à la montée des violences notées durant ces derniers jours’’, ajoute AHDIS.
 
L’assouplissement des mesures de restriction des déplacements va favoriser ‘’une concentration de nos efforts sur la campagne de vaccination contre le Covid-19’’ et aider à ‘’arrêter la progression de cette pandémie’’, selon AHDIS, fondée en 1988 et membre de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement.
 
AHDIS parle d’‘’une population appauvrie par les mesures de restriction des déplacements, face à la persistance de la pandémie de Covid-19’’. ‘’Certaines de ces restrictions, comme le couvre-feu nocturne, ont drastiquement réduit les capacités de génération de revenus des ménages pauvres. C’est le cas des vendeuses de bouillie de mil et de couscous, des gérants de ‘tangana’ (gargotes)’’, ajoute-t-elle.
 
Mais aussi ‘’des vendeurs de poisson et de légumes du soir, des marchands ambulants qui quittent les environs du centre-ville de Dakar pour se précipiter, aux environs de 20 heures, dans des banlieues comme Keur Massar, dans l’espoir de vendre leurs produits à des fonctionnaires et agents du privé revenant de leur lieu de travail’’, poursuit le communiqué. 
 
‘’Toute une économie de subsistance s’est écroulée depuis la prise de ces mesures, laissant sur le carreau des populations de Dakar et de sa banlieue rongées par la pauvreté, voire la faim, et qui n’hésitent pas à sauter sur des occasions comme les manifestations en cours depuis le 3 mars, pour trouver de quoi manger ou de l’argent’’, affirme AHDIS. 
 
Elle estime que ‘’ces expressions coléreuses sont en fait de véritables émeutes de la faim et non une affaire politico-judiciaire’’.


ESF