A Saint-Louis, la campagne électorale ne masque pas les préoccupations
APS
SENEGAL-PRESIDENTIELLE-CAMPAGNE

A Saint-Louis, la campagne électorale ne masque pas les préoccupations

Saint-Louis, 15 fév (APS) - La ville de Saint-Louis (nord) vit au rythme de la campagne électorale alors que les citoyens continuent à étaler leurs préoccupations dans l’espoir de voir le vainqueur de la présidentielle du 24 février y apporter rapidement des solutions.
 
Treize jours après l’ouverture de la campagne électorale, seul Macky Sall, candidat à sa propre succession, a fait le déplacement dans la capitale du nord où il a présidé un grand meeting à la Place Faidherbe.
 
En attendant, le passage dans la vieille ville des quatre autres candidats à cette élection, leurs représentants font de leur mieux pour occuper le terrain.
 
Entre porte-à-porte et caravanes sillonnant les rues et quartiers, ils ne lésinent pas sur les moyens, histoire d’attirer la sympathie d’éventuels électeurs.
 
Des citoyens suivent avec intérêt cette rivalité au caractère festif tout en mettant en avant les préoccupations et difficultés des habitants de la ville, relativement aux problèmes sociaux, environnementaux et difficultés de la vie.
 
Dans le quartier de Guet-Ndar, principal foyer des pêcheurs artisanaux de la Langue de Barbarie, l’heure est encore dans l’attente de propositions des candidats visant à redynamiser leurs activités plombées ces derniers temps par les difficultés d’accès aux ressources halieutiques.
 
Ici, les populations vivent également sous la psychose des vagues qui menacent l’existence de cette bande de terre à forte concentration humaine.
 
"Le gouvernement de Macky Sall a commencé à mettre en place des solutions pour le canal de délestage du fleuve communément appelé brèche, mais l’inquiétude des populations est encore vive", a confié à l’APS, Mbaye Dièye Sène, président du Collectif pour la sauvegarde du littoral et de la pêche.
 
Selon lui, les récents accords de pêche signés avec la Mauritanie, constituent "un pas important bien que le nombre de licences de pêche (400) reste dérisoire au regard des besoins des acteurs de la Langue de Barbarie".
 
‘’Aujourd’hui les contextes ont changés, et il faut que la pêche évolue, grâce aux mesures d’accompagnement de l’état, afin que les pêcheurs puissent en tirer de larges profit, en passant de la pêche artisanale, à la pêche semi- industrielle’’.
 
"Nous souhaitons de réelles solutions pour régler définitivement les difficultés liées à la brèche. Les pêcheurs et les populations continuent d’en subir les conséquences", a déploré Sène.
 
De nombreux pêcheurs ont péri en tentant de traverser ce canal de délestage devenu au fil des années une véritable embouchure.
 
Creusée à l’origine (en 2003) sur quatre mètres pour permettre une évacuation rapide des eaux et sauver la ville d’importantes inondations, cette brèche s’étend aujourd’hui sur plusieurs kilomètres.
 
Parmi ses conséquences, figure une remise en question de l’écosystème local, d’après plusieurs spécialistes.
 
Autre secteur, autres préoccupations, Arame Fall, présidente des groupements de femmes transformatrices des produits de la pêche, réclame la mise en place d’une véritable chaîne de valeur à travers la construction d’infrastructures de transformation non sans demander un assouplissement des procédures d’accès au crédit et aux financements de leurs activités.
 
Les retombées de l’exploitation annoncée du pétrole et du gaz, la vétusté des bâtiments de la ville, classée patrimoine mondial par l’UNESCO, les projets d’infrastructures sociales de base, figurent parmi les préoccupations soulevées par les populations de l’ancienne capitale du Sénégal.

BD/AKS/ASB