A Gossas,
APS
SENEGAL-POLITIQUE

A Gossas, "Benno Bokk Yaakaar" aspire à remporter 90 % des voix (maire)

Gossas, 17 juil (APS) – Le coordonnateur du comité électoral de "Benno Bokk Yaakaar" dans la commune de Gossas (centre), Madiagne Seck, a appelé les responsables locaux de cette coalition de la majorité présidentielle à viser "la barre de 90% des voix" aux élections législatives du 30 juillet.

"Nous sommes très confiants et optimistes quant à l’issue du scrutin. Certes, une élection n’est jamais gagnée d’avance, mais ici à Gossas, on peut franchement dormir tranquille. Nous appelons néanmoins tous les responsables à redoubler d’efforts. Aujourd’hui, notre combat n’est plus de gagner, mais d’atteindre au moins un score soviétique, au moins 90% des voix", a assuré M. Seck.

 
Selon lui, tous les responsables de BBY à Gossas soutiennent le leader de la liste départementale, Madické Diaw. "Nous avons donc le devoir de le soutenir", a ajouté Madiagne Seck, également maire de Gossas.
 
"Tous les leaders ont fait bloc autour de notre candidat. Ensuite, il y a les infrastructures qui sont en construction dans la commune et le département de Gossas. Il faut dire que le Premier ministre (Mahammed Dionne, leader national de la liste de BBY) nous a beaucoup aidés. Aujourd’hui, tout Gossas est en chantier, ce qui fonde nos assurances", a fait valoir M. Seck.
 
Selon lui, le programme de campagne de "Benno Bokk Yaakaar" dans cette commune chef-lieu de département comprend trois meetings, dont l’un aura lieu vendredi prochain, en présence du Premier ministre, qui est originaire de cette localité et leader national de la liste BBY.
 
"Nous poursuivons nos visites de proximité. Le folklore, c’est bien, mais il est beaucoup plus important d’aller à la rencontre des électeurs, chez eux, pour les informer des tenants et des aboutissants du scrutin", a dit Madiagne Seck.
 
Le discours des responsables de BBY porte essentiellement sur le retrait des cartes d’électeur, a-t-il affirmé, soulignant qu’"il y a plus de 3.000 cartes en souffrance à la préfecture".

SDI/ESF