Les acteurs étatiques invités à s’approprier le budget programme
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Les acteurs étatiques invités à s’approprier le budget programme

Dakar, 19 déc (APS) – Le secrétaire exécutif du projet de coordination des réformes budgétaires et financières, Mor Diouf, a invité, jeudi, les acteurs étatiques à s’approprier le budget programme qui va entrer en vigueur en janvier.
 
"Il serait réducteur de considérer le budget programme comme un simple exercice technique. Au contraire, les acteurs doivent se l’approprier pour en faire le meilleur usage et en tirer le plus grand bénéfice", a-t-il déclaré. 
 
M. Diouf intervenait lors d’un panel sur la mise en œuvre du budget programme et ses implications, organisé par le ministère des finances et du budget, à l’occasion de la 28ème édition de la foire internationale de Dakar (FIDAK) axée sur le thème "Industrialisation et transfert de technologies : enjeux et perspectives en Afrique de l’Ouest".
 
La Loi de finances 2020 est marquée par "la budgétisation en programmes", c’est-à-dire que les crédits sont regroupés autour d’un dénominateur commun qui est la politique publique, abstraction faite des services qui l’exécutent. 
 
Le secrétaire exécutif du projet de coordination des réformes budgétaires et financières estime que l’atteinte de résultats est mesurée par des innovations de performance et le budget programme reste un facteur de cohérence, de prouesse et de transparence.

"En effet, a-t-il ajouté, les programmes rendent lisibles les choix de l’Etat en terme de finalités, d’objectifs et de résultats." 

Il a toutefois reconnu que l’effectivité du budget programme s’accompagne d’un certain nombre de défis, notamment le manque d’approbation politique et administratif de la réforme. 
 
Parmi les autres défis, figurent l’utilisation des informations sur les performances, mais aussi ceux organisationnels et technologiques, a-t-il ajouté. 
 
"Malgré ces défis, je reste optimiste, car s’agissant de notre pays, le budget programme arrive dans un contexte où historiquement les appareils chargés de la formulation des politiques économiques sont éprouvés", a fait valoir M. Diouf. 
 
Pour lui, avec le basculement vers le budget programme, le pays adopte un nouveau paradigme qui met inévitablement en exergue l’importance de la performance à la fois collective et individuelle de la ressource humaine.

AMN/ASB/OID