L’économie bleue peut favoriser le développement durable (Oumar Guèye)
APS
SENEGAL-PECHE-FIDAK

L’économie bleue peut favoriser le développement durable (Oumar Guèye)

Dakar, 28 nov (APS) - L’économie bleue, vocable désignant plusieurs activités liés aux océans, contribue à l’exploitation durable des ressources halieutiques dans le cadre d’une lutte plus affirmée contre la pollution marine, a soutenu lundi, le ministre de la Pèche et de l’Economie maritime, Oumar Guèye.
 
L’économie bleue est un thème central et d’actualité qui permet la résilience des communautés face aux changements climatiques, a-t-il relevé lors de la journée de son ministère à la 25 ème édition de la Foire internationale de Dakar (FIDAK, 24 novembre-9 décembre), sur le thème "L’économie bleue : enjeux et perspectives dans le cadre du plan Sénégal émergent (PSE)". 
 
Elle vise "une lutte effrénée" contre la pêche illicite non déclarée et non règlementée, une perspective qui aboutirait à l’élaboration d’un plan d’adaptation face aux changements climatiques dans le secteur de la pêche, a indiqué Oumar Guèye.
 
Sous le vocable d’économie bleue, il faudrait comprendre plusieurs secteurs d’activité liés aux océans et aux cours d’eau, à la pêche, aux transports fluviaux maritimes ou encore à l’exploitation des hydrocarbures offshore, a-t-il expliqué.
 
"Cette économie permet de mener une lutte enclenchée contre la pollution marine", a-t-il dit Dakar, 28 nov (APS) - L’économie bleue, vocable désignant plusieurs activités liés aux océans, contribue à l’exploitation durable des ressources halieutiques dans le cadre d’une lutte plus affirmée contre la pollution marine, a soutenu lundi, le ministre de la Pèche et de l’Economie maritime, Oumar Guèye.
 
L’économie bleue est un thème central et d’actualité qui permet la résilience des communautaires face aux changements climatiques, a-t-il relevé lors de la journée de son ministère à la 25 ème édition de la Foire internationale de Dakar (FIDAK, 24 novembre-9 décembre), sur le thème "L’économie bleue : enjeux et perspectives dans le cadre du plan Sénégal émergent (PSE)". 
 
Elle vise "une lutte effrénée" contre la pêche illicite non déclarée et non règlementée, une perspective qui aboutirait à l’élaboration d’un plan d’adaptation face aux changements climatiques dans le secteur de la pêche, a indiqué Oumar Guèye.
 
Sous le vocable d’économie bleue, il faudrait comprendre plusieurs secteurs d’activité liés aux océans et aux cours d’eau, à la pêche, aux transports fluviaux maritimes ou encore à l’exploitation des hydrocarbures offshore, a-t-il expliqué.
 
"Cette économie permet de mener une lutte enclenchée contre la pollution marine", a-t-il dit lors de la journée de son ministère à la FIDAK.
 
"Cette journée se tient une semaine après la Cop 22", la 22e conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, tenue à Marrakech (Maroc), a signalé le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime.
 
Selon lui, cette conférence mondiale "a mis en exergue la problématique des changements climatiques qui constituent un véritable frein à l’atteinte des objectifs du développement durable ODD 14, à savoir conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable’’.
 
AMN/ASB/BK