Un officiel relève le rôle moteur du secteur privé dans l’économie nationale
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Un officiel relève le rôle moteur du secteur privé dans l’économie nationale

Dakar, 4 déc (APS) - Le secteur privé, de par son rôle dans l’accélération de la croissance économique et l’inclusion sociale, contribue à la réussite du Plan Sénégal émergent (PSE), a estimé, mardi, à Dakar, le secrétaire général du ministère du Commerce, Makhtar Lah.

"Le rôle du secteur privé s’avère donc déterminant dans la réussite du Plan Sénégal émergent, à travers une accélération de la croissance économique et une inclusion sociale", a-t-il déclaré.
 
Le secrétaire général du ministère du Commerce, de la Consommation, de la Promotion des produits locaux et des PME, s’exprimait ainsi à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du forum scientifique à la 27e édition de la Foire internationale de Dakar (FIDAK).
 
Cette manifestation porte sur "la compétitivité des PME des pays en développement face aux défis de la mondialisation".
 
M. Lah fait observer que "la globalisation des marchés impose des impératifs en matière de compétitivité aux entreprises africaines" et entraine "des conséquences sur le choix des politiques publiques pour le soutien et le développement du secteur privé".
 
Or, "les PME qui constituent l’épine dorsale des économies nationales" et représentent "99,8 % des entreprises sénégalaises", d’après le dernier recensement général des entreprises, sont aussi soumises à "de nombreuses contraintes majeures".
 
Il a cité, parmi ces principales contraintes, des problèmes liés "aux dysfonctionnements de l’environnement administratif, juridique et institutionnel" ainsi qu’aux difficultés d’accès au financement.
 
Il y a aussi selon lui "l’insuffisance des capacités techniques et de gestion des promoteurs ainsi que l’inadaptation ou l’insuffisance du système d’assistance-conseils et d’accès aux services non financiers".
 
Il n’en a pas moins réaffirmé la volonté des pouvoirs publics de travailler à améliorer davantage l’environnement des affaires des PME, soulignant que le gouvernement sénégalais a adopté dans cette perspective "plusieurs mesures telles que la mise en place du dispositif complémentaire" de financement de l’activité des structures concernées.
 
La création de la Banque nationale pour le développement économique (BNDE), du Fonds de garantie des investissements prioritaires (FONGIP), du FONSIS (Fonds souverain d’investissements stratégiques) et de la DER, la Délégation générale à l’entreprenariat rapide, s’inscrit dans ce cadre, a-t-il indiqué.
 
S’y ajoute l’élaboration de la loi sur la promotion de la PME, la création d’un statut particulier de la PME et la Charte communautaire des PME.
 
"Toutes ces mesures ont permis d’assainir notre économie, d’attirer les investissements et de booster la croissance", a-t-il fait valoir, assurant que le gouvernement "restera sur cette même dynamique pour mieux consolider sa politique économique".

MK/BK/ASG