Diourbel veut valoriser son savoir-faire artisanal à la FIDAK 2017
APS
SENEGAL-SOCIETE-ARTISANAT

Diourbel veut valoriser son savoir-faire artisanal à la FIDAK 2017

Dakar, 25 déc (APS) - La région de Diourbel (centre), dans le cadre de sa participation à l’édition 2017 de la Foire internationale de Dakar (FIDAK), a parié sur les objets d’arts et produits artisanaux, dans l’espoir de davantage faire connaître les techniques artisanales propres au Baol.
 

"L’art et l’artisanat étaient durant les années précédentes, les parents pauvres de notre délégation. Nous voulons montrer aux gens qu’ils se développent très bien chez nous avec des grandes innovations", explique le responsable de la dénégation de la délégation de cette région à la FIDAK (16-31 décembre), Pape Ibrahima Thiam.
 
Différents objets artisanaux envahissent une bonne partie de la surface du stand dédié à la région de Diourbel, une manière de donner au visiteur une idée de la diversité culturelle du Sénégal, selon les exposants.
 
Sur les murs, les tables, des tableaux peints, des objets sculptés ou des sandales artisanales attirent rapidement l’attention du visiteur.
 
"Nous avons choisi d’amener les objets d’art pour valoriser l’artisanat de notre région", a déclaré le chef de la délégation de Diourbel, selon lequel les années précédentes, la participation de cette région consistait surtout à exposer des produits céréaliers.
 
Les objets artisanaux exposés dans le stand de Diourbel pour cette édition 2017 sont cédés à des prix compris entre 15 et 20 mille francs CFA, à l’image des sandales artisanales, des "créations de cœur" à travers lesquelles les artisans de Diourbel ambitionnent de contribuer à l’innovation dans leur secteur.
 
Cordonnier de son état, Birane Pène, fait partie de ces artisans. Assis devant sa table d’exposition, il propose aux visiteurs sandales et chaussures de toutes catégories (hommes, femmes et enfants).
 
"J’ai apporté cette année une nouveauté que vous ne trouverez nulle part ailleurs que dans ma région. Ce sont des sandales dont les semelles sont fabriquées à base de pneus de scooter", affirme ce cordonnier.
 
"L’amour pour mon travail me permet de varier mes articles et de faire de nouvelles créations", fait-il valoir.
 
Sur le thème de "la vraie culture du Sénégal", les tableaux de l’artiste-peintre Modou Samb mettent en scène des cases renvoyant aux concessions traditionnelles sénégalaises.
 
L’artiste, à travers ces créations, comptent montrer que même si les cases n’étaient pas toutes construites sur le même modèle, d’une ethnie à l’autre, sans compter qu’elles ont tendance à se raréfier même dans le Sénégal des profondeurs.
 
Moussa Sow, sculpteur et antiquaire tout à la fois, expose lui plutôt des colliers à partir de divers matériaux de récupérations, des os d’animaux ou des antennes de télévision récupérées auxquels il ajoute des perles.
 
Outre des statues représentant des figures de la culture traditionnelle du Sénégal, des griots principalement, Moussa Sow expose également des poupées en bois, symbole de fécondité. 
 
Des femmes stériles recouraient autrefois à des poupées pour des pratiques magiques censées guérir de la stérilité, explique l’artiste.
 

AMN/BK