Séminaire du CHEDS sur l’extrémisme religieux, vendredi
APS
SENEGAL-SOCIETE

Séminaire du CHEDS sur l’extrémisme religieux, vendredi

Dakar, 25 sept (APS) - Le Centre des Hautes Etudes de Défense et de Sécurité (CHEDS), en partenariat avec la Fondation Konrad Adenauer, organise, ce vendredi, un séminaire sur le thème ’’Lutte et prévention de l’extrémisme religieux : impact de la littérature djihadiste en Afrique de l’Ouest’’, annonce un communiqué transmis à l’APS.

Selon le texte, le séminaire prévu sous forme de panel discussion sera organisé sur deux phases, ’’le premier panel fera l’état des lieux (cartographie, causes, acteurs, perspectives) exhaustif de la littérature djihadiste et de son impact dans la sous-région et le deuxième panel fera une proposition de solutions sur les questions évoquées dans les objectifs du séminaire en s’appuyant sur l’expérience algérienne et marocaine’’.

Les points de discussion porteront sur ’’Comment réduire les vulnérabilités pour dénier toute légitimité idéologique aux djihadistes, Comment prévenir une ’’milicisation’’ des rapports sociaux entre les populations, Comment prévenir l’apparition de prêcheurs d’un islam rigoriste, Quels mécanismes de médiation ne favorisant pas l’institutionnalisation des groupes djihadistes, Comment empêcher la généralisation du conflit dans la sous-région’’, indique la même source.

’’Il est attendu de ce séminaire que des mesures de réduction des vulnérabilités légitimant le discours djihadiste soient proposées’’, souligne-t-elle. Ainsi des mécanismes sont proposées comme ’’des mesures et des mécanismes de prévention de la ’’milicisation’’ des rapports sociaux entre les populations, et d’apparition de dirigeants djihadistes, des mécanismes de médiation ne favorisant pas l’institutionnalisation des groupes armés et des mécanismes de cantonnement du conflit’’, précise le texte.

’’Depuis la deuxième moitié de l’année 2017, quelques mutations ont été observées dans les modes opératoires des groupes terroristes en Afrique, la première est la tendance d’un grand nombre de groupes et d’organisations terroristes tels que Boko Haram, la Jamaat Nusrat al Islam wa al Muslimin à consolider leurs discours et récits djihadistes en recherchant des références / composantes locales (Africanisation) et contourner le discours djihadiste tel qu’il se pratique au Moyen-Orient’’, note le communiqué.

Il explique ainsi que ‘’cette tendance illustre une réelle volonté de renouveler leur discours et de l’enraciner sur des bases différentes de celles du passé’’..


NON/MD/OID