Tambacounda : une batterie de mesures pour réduire la mortalité maternelle
APS
SENEGAL-SANTE

Tambacounda : une batterie de mesures pour réduire la mortalité maternelle

Tambacounda, 12 fév (APS) - La région médicale de Tambacounda a initié une batterie de mesures pour, en relation avec l’administration centrale, réduire la mortalité maternelle dans la région a souligné, samedi, le médecin-chef de région, docteur Habibou Ndiaye.
 


Dr Habibou Ndiaye qui s’exprimait lors des journées régionales de la santé et de l’action sociale a, après avoir présenté la situation sanitaire de la région, fait des recommandations et annoncé des mesures envisagées pour réduire le nombre de décès maternels.

Le nombre de décès maternels était de 117 en 2016, dont 72 étaient enregistrés à l’hôpital régional de Tambacounda.

"On ne doit pas dépasser 15 décès maternels par trimestre. C’est très ambitieux, mais possible", a dit le docteur Ndiaye qui a fait de l’hémorragie, de l’hypertension et de l’anémie, les trois causes principales de mortalité maternelle.

"Le tiers des femmes que nous perdons à l’hôpital régional est du à un problème de sang", a-t-il relevé, ajoutant que depuis le mois de décembre, grâce au comité régional de promotion du don de sang, l’hôpital n’a plus de problème de sang.

Le médecin-chef de région qui a annoncé la construction d’un centre de transfusion sanguine a appelé les comités de veille et d’alerte coordonnés par les délégués de quartier, les chefs de villages, les imams, les "bajenu gox", les tradipraticiens à faire "un travail régulier d’identification et de recensement des femmes enceintes".

Lequel travail permettra de "les convoyer en collaboration avec les autorités administratives vers les structures sanitaires", a relevé le médecin-chef.

"Nous allons mettre des maisons d’accueil dans les centres de santé et dans certains postes de santé, à l’image de ce qui se fait à Kaffrine, Koungheul et Kolda, pour que les femmes puissent accoucher sans risque", a-t-il dit, rapportant que les autorités sanitaires vont aider à équiper les ambulances.

Selon Dr Ndiaye, "l’idée est de faire venir les femmes à terme, peu avant leur délivrance, pour éviter qu’elles ne viennent en urgence et parcourir de longues distances, au risque de perdre la vie en cours de route".

S’agissant de la collecte de sang, il a noté que l’hôpital qui a résolu le problème de stockage du sang s’est fixé un objectif 4000 poches, pour couvrir tous les besoins de sang.

La structure sanitaire veut atteindre "350 poches par mois, en s’appuyant sur le comité régional de promotion du don de sang, mis sur pied l’année dernière", a-t-il dit.

Par ailleurs, sur la surveillance des décès maternels, un comité technique restreint mis sur pied depuis deux ans suit la situation et fait des compte-rendus aux médecins-chefs de districts et envoie des rapports au commandement territorial.

Dr Ndiaye a en outre salué avant de souhaiter l’augmentation de la subvention "régulièrement" accordée par l’Etat à l’hôpital régional.

Le médecin-chef de région qui a invité les ministres de Santé et de la Justice à faire un plaidoyer auprès de leur collègue des Finances a déploré le fait que ce sont les populations qui supportent "l’essentiel des charges de fonctionnement de l’hôpital".

Le docteur Habibou Ndiaye a par ailleurs, invité les collectivités locales de Tambacounda à venir en appui aux structures de santé que cela se fait dans les autres régions.



ADI/PON