Seydou Diouf candidat à sa succession à la présidence de la FSHB
APS
SENEGAL-HANDBALL-INSTANCE

Seydou Diouf candidat à sa succession à la présidence de la FSHB


Dakar, 9 mai (APS) – Seydou Diouf, président en exercice de la Fédération sénégalaise de handball (FSHB) annonce être candidat à sa propre succession pour, dit-il, "poursuivre la massification et la quête d’un titre continental".
 


"Nous avons en tête de poursuivre la politique de massification et de donner un titre continental au handball national", a dit le président de la FSHB dans un entretien exclusif avec l’APS.

La prochaine assemblée générale aura lieu en fin d’année, informe Seydou Diouf.


"Si mes mandants me renouvellent leur confiance, on travaillera ensemble pour l’édification de cette salle fermée dans l’assiette foncière du stade Iba Mar Diop qui pourrait aider notre discipline à attirer davantage de pratiquants, des médias et des sponsors", a ajouté le président de la FSHB, indiquant que le stadium n’est pas favorable à la pratique de la discipline.


"En plus, le handball doit le partager avec la lutte, or, il est possible de mettre sur pied cette nouvelle salle qui pourrait abriter le volley et les arts martiaux", a-t-il fait savoir.


"Et c’est la meilleure manière pour faire venir les télévisions et les sponsors parce qu’il y aura plus de spectacles quand le parquet est dans un bon état au contraire du dur qui freine les pratiquants en raison des risques de blessure", a-t-il par ailleurs ajouté.


Avec cette nouvelle infrastructure, il est plus aisé de lancer "le handball scolaire", ce projet qui a pour ambition de mettre sur un pied un championnat national scolaire.


"A terme, la Fédération mettra sur pied des sélections féminines et masculine en U17 et en U20", a-t-il expliqué.


L’autre raison de la candidature de Seydou Diouf est la volonté de gagner dans les quatre prochaines un titre continental, a-t-il avancé, soulignant que le Sénégal n’en était pas loin en 2016.


"Mais nous avons été injustement écarté pour des raisons encore pas nettes", a-t-il dit, soulignant que le président de la CAHB (Amérou Mansourou) a d’ailleurs présenté ses regrets lors de son passage à Dakar.


"Et je tiens à infirmer ce qui a été annoncé, il n’a pas présenté ses excuses mais plutôt ses regrets après ce qui s’est passé à Luanda en 2016", a-t-il dit. Selon lui, "l’essentiel est de concentrer sur le futur proche".


"Nous avons une équipe féminine qui pourrait se qualifier au championnat du monde dès la prochaine édition de la CAN en faisant partie du tiercé gagnant", a-t-il par ailleurs ajouté.


SD/PON