Youssoupha Ndiaye raconte la victoire du Sénégal au tournoi de football des Jeux de l’Amitié en 1963
APS
SENEGAL-FOOTBALL-SOUVENIRS

Youssoupha Ndiaye raconte la victoire du Sénégal au tournoi de football des Jeux de l’Amitié en 1963


Dakar, 20 sept (APS) - Le football sénégalais, en quête d’une première victoire en Coupe d’Afrique des nations (CAN), gagnerait à faire de "Regards croisés" son livre de chevet, pour tirer profit des enseignements de l’ancien ministre Youssoupha Ndiaye, qui raconte comment l’équipe nationale du Sénégal a décroché son premier titre international.

 
L’ancien attaquant décédé en juillet dernier commence par dire que le Sénégal "avait fait une très bonne préparation pour les Jeux de l’Amitié".
 
"La fédération qui avait la direction du football sénégalais a constitué une équipe de techniciens. Une véritable équipe, avec comme directeur technique l’entraîneur principal Abdoulaye Thiam", rappelle-t-il dans un entretien paru dans ce livre (102 pages) publié par les Editions Promo LBD.
 
Il cite, parmi les membres du staff technique victorieux, Boubacar Bèye (un ancien joueur de Toulon, en France), Libasse Diop et Urbain Diagne, un ancien joueur (France) devenu plus tard entraîneur de l’US Gorée et maire de Gorée.
 
"Donc une équipe de techniciens bien étoffée, il y avait aussi Raoul Diagne qui jouait un rôle pas très clair, je ne sais pas s’il était entraîneur ou pas", poursuit Youssoupha Ndiaye, ancien président du Conseil constitutionnel, en parlant du staff technique de l’époque.

Pour préparer cette compétition, les entraîneurs ont constitué dans un premier temps des sélections régionales à travers le pays. El Hadj Malick Sy dit Souris faisait partie des joueurs sélectionnés, parmi lesquels se trouvaient des étudiants. 

Souris deviendra plus tard président de la Fédération sénégalaise de football (FSF). Quand il dirige la FSF, près de quarante ans plus tard, le Sénégal s’approche d’un remake du sacre de 1963 en jouant sa première finale de la Coupe d’Afrique des nations, puis les quarts de finale la Coupe du monde, en 2002.
 
Youssoupha Ndiaye, un de ses coéquipiers, se désole dans "Regards croisés" que des journalistes continuent de dire que le Sénégal n’a gagné aucun trophée international de football. Une affirmation démentie par le sacre de 1963, aux Jeux de l’Amitié, à Dakar.

Pour se préparer aux Jeux de l’Amitié, les joueurs ont passé trois mois de stage dans les locaux de l’école William Ponty, avant de s’installer au lycée Van-Vollenhoven - l’actuel lycée Lamine-Guèye -, à Dakar, raconte le magistrat et ancien ministre d’Etat, chargé des Sports.

Au début des compétitions, l’équipe du Sénégal avait élu domicile au Champ de courses (un terrain sans gazon). Elle rejoindra ensuite le stade Demba-Diop (qui ne portait pas encore ce nom), construit pour les Jeux de l’Amitié.
 
Youssoupha Ndiaye insiste, dans ses souvenirs, sur la discipline du groupe de performance et les bons résultats à l’origine de l’entente entre les supporters et cette équipe. Laquelle a battu de grands noms du football continental dont le Nigeria, le Cameroun et la Tunisie, et l’équipe amateurs de la France, se souvient l’ancien footballeur, président du comité national provisoire chargé du football au Sénégal, après la dissolution de la fédération consécutive à la débâcle de l’équipe à la CAN 1986.

Les auteurs de "Regards croisés" souhaitent que s’instaure de nouveau cette discipline au sein de toutes les sélections nationales du Sénégal, selon l’ancien ministre Papa Abdoulaye Seck, qui a signé la préface de l’ouvrage.
 
En donnant la parole à Youssoupha Ndiaye, leader d’attaque de l’équipe vainqueur des Jeux de l’Amitié, les auteurs entendaient le faire participer à son écriture. "En écoutant les anciens, on peut au moins apprendre d’eux ce qu’il ne faut pas faire", lit-on dans l’ouvrage.
 
Dans l’avant-propos, le professeur de droit Abdoulaye Sakho, passionné de football, dirigeant du Jaraaf de Dakar, a estimé que la contribution des anciens pouvait aider à "connaître les raisons du succès sénégalais" de 1963.
 
"L’équipe de 1963 est apparue comme un bloc soudé, un collectif, avec une mentalité de conquérant", écrit l’enseignant en droit qui suggère la posture que doit avoir l’actuelle génération conduite par Aliou Cissé, un ancien capitaine des Lions du Sénégal.
 
Une génération dont plusieurs joueurs ont gagné des titres majeurs avec leur club, dans les meilleures ligues du monde. Elle prendra part à la CAN 2021 prévue du 9 janvier au 6 février, au Cameroun.
 
Plusieurs d’entre eux jouent en équipe nationale, sous la direction du même coach depuis mai 2015, et d’autres depuis les Jeux olympiques de Londres 2012. On peut citer Sadio Mané (Liverpool), Cheikhou Kouyaté (Crystal Palace) et Idrissa Gana Guèye (PSG) parmi ces derniers.
 
Ces trois joueurs ont pris part à trois compétitions majeures, sous la direction de Cissé : deux Coupes d’Afrique des nations (2017 et 2019) et la Coupe du monde 2018.
 
Tout en rêvant d’un sacre comme celui de 1963, on se rappelera que des Lions du Sénégal ont gagné le trophée de la Médaille d’or en football, lors des Jeux africains de Brazzaville en 2015.

SD/ESF/BK