Youssouf Dabo et Djilali Bahloul, les nouveaux arrivants marquent leur territoire
APS
SENEGAL-FOOTBALL-PROFILS

Youssouf Dabo et Djilali Bahloul, les nouveaux arrivants marquent leur territoire

Dakar, 4 août (APS) - Deux techniciens venus de France, Youssouf Dabo et Djilali Bahloul, entraîneurs du Guédiawaye FC et de la Linguère de Saint-Louis respectivement, font partie des trois nominés pour le titre de ’’meilleur technicien de Ligue 1’’, une récompense de la Ligue sénégalaise de football professionnel (LSFP).
 
Aly Male, un technicien du cru, champion 2016 avec l’US Gorée complète le tableau des nominés pouvant prétendre à cette récompense.
 
Le jeune technicien Youssouf Dabo, qui a débarqué incognito au Sénégal, a forcé le respect grâce aux résultats sur le banc du GFC, où il a permis l’éclosion de jeunes footballeurs.
 
Dabo, joueur et entraîneur de petites catégories au Red Star (France) avant son arrivée au Sénégal, a permis à son équipe, qui a longtemps fait la course avec les équipes de tête en Ligue 1, s’est classé à la 5-ème place.
 
Youssouf Dabo n’a pas seulement marqué les esprits dans sa gestion technique du Guédiawaye FC. Il a aussi été un bon client pour la presse nationale, à travers des analyses bien senties des compétitions nationales et internationales.
 
Le jeune technicien, rentré au bercail pour dit-il jouer sa partition dans le renouveau du football local", veut s’inscrire dans la durée dans le projet du Guédiawaye FC, mais il sait qu’il doit toujours confirmer, de ses propres aveux.
 
"J’ai préféré revenir ici pour jouer les premiers rôles et faire appliquer mes idées en lieu et place d’un rôle de second en France", expliquait le trentenaire dans un entretien avec l’APS.
 
Le Franco-Algérien Djilali Bahloul pourrait avoir été jugé quelque peu prétentieux à son arrivée au Sénégal, à la lumière de ses premières déclarations en particulier.
 
Après avoir regardé le premier match de son équipe, il avait assuré aux supporters de la Linguère de Saint-Louis que leur équipe ne serait pas reléguée en deuxième division.
 
Quelques mois plus tard, sans grande expérience du football au sud du Sahara, les observateurs étaient obligés de donner raison au natif de Tizi-Ouzou (Algérie), qui avait rejoint ses parents à Marseille à l’âge de 7 ans.
 
A la dernière place du classement à l’issue de la 13-ème et dernière journée de la phase aller du championnat, la Linguère a fini par refaire son retard et jouer le titre pour terminer finalement 4-ème, à six points du champion, l’US Gorée.
 
A 34 ans, il a conquis Saint-Louis et les férus du ballon rond de la capitale du nord, dont son président Ahmadou Dia, qui n’entend pas se séparer de ce technicien qui n’avait jusque-là entraîné que des clubs de seconde zone.
 
S’il n’a pas apporté rien de révolutionnaire dans sa gestion technique de l’effectif si l’on en croit de nombreux entraîneurs, l’ancien coach du Chaux-de-Fonds, en Suisse, et de Saint-Chamas et Gardanne (division d’honneur française), a marqué son territoire.
 
Il a par exemple permis à de jeunes joueurs de la Linguère de Saint-Louis comme Pape Ibnou Ba de devenir meilleur buteur du championnat avec 17 réalisations. A sa venue, ce dernier en était à six (6) unités seulement.
 
Lassé de ne pas avoir sa chance en France où les bancs des clubs résistent à la diversité, le Franco-Algérien est revenu en Afrique pour se faire un nom dans la galaxie des techniciens qui vont compter dans un futur proche.
 
En attendant, il a ravi son monde et ce n’est pas l’ancien directeur technique national (DTN), Amsatou Fall, qui dira le contraire, si l’on sait que l’actuel directeur exécutif de la Ligue sénégalaise de football professionnel (LSFP) voit à travers ces techniciens étrangers, une belle publicité pour le football local.
 
"Cela veut dire que nous sommes sur la bonne voie", a commenté, dans un entretien avec l’APS, la cheville ouvrière de la LSFP, qui fêtera samedi au Grand théâtre les meilleurs footballeurs et techniciens de la saison 2015-2016.
 

SD/BK