Souris s’attend
APS
SENEGAL-FOOTBALL-SANCTIONS-REACTIONS

Souris s’attend "à une suite" après les sanctions infligées à l’US Ouakam


Dakar, 7 août (APS) – L’ancien président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), El hadj Malick Sy dit Souris dit attendre "la suite" après les sanctions infligées à l’US Ouakam relativement aux incidents du 15 juillet ayant occasionné le décès de huit personnes et plus de 300 blessés.


"Si ça doit s’arrêter là, on aura comme un sentiment d’inachevé, j’aurais compris que les sanctions positives et négatives soient globalisées", a indiqué à l’APS, l’ancien président de la FSF interrogé en marge de l’assemblée générale de l’Association nationale de la presse sportive du Sénégal, samedi.


"Ce qui s’est passé est extrêmement grave mais on ne peut pas dire on sanctionne l’US Ouakam et c’est fini", a estimé l’ancien ministre de la République qui dit s’attendre à une suite sur ces sanctions.


"Il est vrai que le temps de la justice des hommes, des ligues et des fédérations n’est pas celui des hommes", a-t-il indiqué, relevant toutefois que la nécessité de faire passer un volet éducatif après ces graves incidents.


L’US Ouakam, considérée comme "exclusivement responsable" des incidents survenus au stade Demba Diop lors de la finale de la Coupe de la ligue ayant, a été suspendue pour 7 ans de toute participation aux compétitions de football sur le plan national. Elle avait décidé ce vendredi la Commission de discipline de la Ligue sénégalaise de football professionnel.



A la fin de cette suspension de 7 ans, l’US Ouakam qui évolue dans l’élite du football national en ligue 1, va reprendre la compétition en division régionale (5-ème niveau du football national, a ajouté le président de la Commission de discipline, Me Baboucar Cissé faisant lecture de la sanction.



Les Ouakamois dont les supporters "ont commis une faute grave inimaginable et inadmissible sur un terrain de football", selon le président de la Commission de discipline, "sont condamnés à une amende de 10 millions de francs CFA".

El hadji Malick Sy, par ailleurs conseiller spécial du président de la République, espère que "d’autres choses vont suivre sinon il y aura comme un goût d’inachevé", a-t-il dit s’attendant à des rapports exhaustifs sur ce qui s’est passé au stade Demba Diop.


"S’il faut se plier au décret divin, on ne peut exclure le libre choix des hommes dans ces incidents", a-t-il insisté appelant les populations et la famille du sport nationale, a tiré toutes les conclusions de ce drame.


SD/PON