Football : les ‘’Sorciers blancs’’ ont toujours la cote en Afrique
APS
SENEGAL-AFRIQUE-EUROPE-SPORTS

Football : les ‘’Sorciers blancs’’ ont toujours la cote en Afrique

Dakar, 7 mai (APS) – L’attrait des techniciens européens sur les sélections nationales reste de mise en Afrique, si l’on en juge par les dernières nominations, malgré la percée de leurs confrères africains lors de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019.
 
L’Afrique du Sud, éliminée de la CAN 2021 (reportée en 2022), a décidé de remplacer l’entraîneur local Molefi Ntseki par le Belge Hugo Broos, champion d’Afrique en 2017 avec le Cameroun.

Des médias d’Afrique du Sud avaient pourtant annoncé le recrutement de l’ancien attaquant sud-africain Benni McCarthy, mais la SAFA, la fédération de football du pays, a offert le poste à l’ancien stratège des Lions Indomptables, dans le but de retourner en Coupe du monde.
 
La dernière qualification des Bafana Bafana en phase finale de la Coupe du monde date de 2010, une édition qu’ils ont jouée en tant que pays organisateur.
 
Avant de débarquer en Afrique du Sud, le technicien belge était présélectionné par la RD Congo, qui cherche à remplacer le staff technique local, après que ce dernier a échoué à se qualifier à l’édition prochaine de la CAN prévue au Cameroun en 2022.
 
Christian N’Sengi, un technicien local, avait remplacé son compatriote Florent Ibenge, qui n’a pas réussi à se qualifier avec les Léopards à la CAN, malgré un effectif parmi les plus intéressants en Afrique.
 
La Fédération congolaise de football, qui avait dans son viseur Hugo Broos, doit reprendre le processus de désignation de son sélectionneur national. Mais elle semble opter pour un coach étranger. Les médias locaux avancent le nom du Français Sébastien Desabre, un ancien coach du Kenya.
 
Eliminé de la CAN 2021, le Togo a décidé de remplacer Claude Leroy par le Portugais Paulo Duarte, actuel coach du Primeiro de Agosto, un club de Luanda, la capitale de l’Angola.

Ancien sélectionneur du Burkina Faso et du Gabon, Duarte n’aurait pas pu diriger sa nouvelle sélection si les prochains matchs en vue de la qualification à la Coupe du monde se jouaient en juin, ce qui était initialement prévu. Duarte n’étant pas immédiatement disponible après sa nomination, la Fédération togolaise de football avait prévu de confier l’intérim du sélectionneur à Jonas Komla, un technicien du cru. 

Les prochains matchs des éliminatoires de la Coupe du monde étant reportés en septembre, le Portugais fera ses retrouvailles avec le sélectionneur national du Sénégal, Aliou Cissé, qu’il a croisé sur son chemin lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2018 (0-0, 2-2). Duarte dirigeait les Etalons du Burkina Faso.
 
A la finale de la CAN 2019, l’Algérie de Djamel Belmadi avait battu le Sénégal de Cissé (1-0), donnant raison à ceux qui pensaient que l’expertise africaine était prête à prendre en main les sélections nationales.
 
Une lueur d’espoir subsiste malgré la forte présence des entraîneurs européens en Afrique. On se rend compte, en jetant un regard sur le dernier classement Fifa pour l’Afrique, que trois des cinq premières sélections sont dirigées par des techniciens locaux.

Il s’agit d’Aliou Cissé, même s’il est très contesté, notamment après les deux dernières journées des éliminatoires de la CAN 2021, du Tunisien Mondher Kebaier, sélectionneur des Aigles de Carthage, et de Djamel Belmadi, qui dirige les Fennecs d’Algérie.

Le Nigeria, l’une des cinq premières équipes africaines au dernier classement Fifa, est dirigé par le Franco-Allemand Gernot Rohr. Le Maroc emploie le Bosnien Vahid Halilodzic, un ancien sélectionneur de l’Algérie et de la Côte d’Ivoire, qui a remplacé le Français Hervé Renard après une CAN 2019 ratée par les Lions de l’Atlas éliminés en huitième de finale par les Ecureuils du Bénin.

SD/ESF/MD