Le président de Dakar Sacré-Cœur table sur le développement de nouvelles filières en lien avec la crise suscitée par le COVID
APS
AFRIQUE-FRANCE-FOOTBALL-PERSPECTIVES

Le président de Dakar Sacré-Cœur table sur le développement de nouvelles filières en lien avec la crise suscitée par le COVID

Dakar, 23 déc (APS) - La crise économique et financière que vit le football français depuis la saison dernière peut impacter positivement le développement de partenariats avec des clubs et académies de formation africaines, pour l’émergence de nouvelles filières, a laissé entendre le président de Dakar Sacré Cœur (DSC), Mathieu Chupin.

"On s’attendait un peu, avec le coronavirus et les difficultés liées au diffuseur Médiapro, à voir les clubs français faire face à une crise économique", a avancé le président de Dakar Sacré-Cœur, qui a noué en 2015 un partenariat avec l’Olympique lyonnais, un club de l’élite française.
 
Avec les difficultés financières, les clubs français "seront obligés de recruter plus intelligent et d’insister sur les partenariats avec les clubs et les académies du continent", estime Mathieu Chupin.
 
Il a évoqué à cet égard la possibilité d’aller chercher "un prospect" (footballeur à fort potentiel) en National (D3 française) par exemple, pour lui donner le temps de grandir et de gagner en valeur ajoutée.
 
Selon Mathieu Chupin, dans la même perspective, "les clubs peuvent aussi s’appuyer sur leurs partenaires qui font grandir leurs jeunes qui passent dans les clubs satellites où ils vont donner la pleine mesure de leur potentiel".
 
Il a donné sur ce point l’exemple de Sadio Mané (Liverpool, Angleterre) avec le FC Metz (France).
 
L’attaquant des Reds, après le FC Metz, s’était engagé avec les Red Bulls de Salzburg (Autriche) puis Southampton (Angleterre), avant de devenir un footballeur de dimension mondiale à Liverpool.
 
Aussi Mathieu Chupin dit espérer voir d’autres clubs s’engager dans la même voie, en plus de l’Olympique Marseille avec Diambars, DSC avec Lyon et le FC Metz avec Génération Foot.
 
"D’ailleurs, des clubs comme l’AS Monaco et le FC Metz achètent d’autres clubs pour aider leurs jeunes footballeurs à progresser", a-t-il rappelé, faisant référence aux clubs satellites belges du Cercle de Bruges pour les Monégasques et au FC Seraing pour les Messins.
 
Le président de Dakar Sacré-Cœur dit craindre malgré tout cette crise suscitée par le Covid-19 amener certains clubs français à revoir à la baisse les prix des transferts, compte tenu des pertes financières liées au huis clos en vigueur depuis quelques mois, situation impactant sur la trésorerie des clubs.
 
"Déjà, ils négocient faiblement les transferts venant de nos clubs, et je crains qu’avec la crise économique, la situation empire", a-t-il expliqué.
 
Il prédit que malgré tout, les gros transferts et les transferts intermédiaires vont continuer à être faits, en dépit de l’impact de la crise.
 
"Je suis sûr que les clubs vont sortir le chéquier quand il va falloir acheter les joueurs de dimension mondiale", a-t-il dit.
 
SD/BK/MD