Le groupe qualifié au Mondial 2002 est né au Nigeria (ancien président Fédération)
APS
SENEGAL-FOOTBALL-SELECTION-SOUVENIRS

Le groupe qualifié au Mondial 2002 est né au Nigeria (ancien président Fédération)

Dakar, 24 oct (APS) – L’équipe nationale qualifiée à la Coupe du monde 2002 a commencé à se former à la CAN 2000 au Nigeria, a estimé l’ancien président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), El Hadj Malick Sy dit Souris se souvenant que "le noyau dur et la capacité de se transcender" ont été lancés depuis cette participation en phase finale de Coupe d’Afrique des nations.


"Je n’étais pas à l’époque à la Fédération mais j’étais en mission pour le Port autonome de Dakar à Lagos. Mais quand j’ai vu cette équipe jouer et se prendre en charge, j’ai senti quelque chose de différent", a dit l’ancien président de la FSF.

"Je m’en étais ouvert à certains dirigeants de l’époque notamment Mbaye Ndoye (vice-président de la FSF à l’époque) pour lui dire mon avis", s’est souvenu "Souris" interpellé sur la qualification du Sénégal à la Coupe du monde 2002.

"Il ne manquait pas beaucoup à cette équipe qui avait été éliminée par le Nigeria en quart de finale de la CAN en 2000", s’est rappelé le président Sy, soulignant que l’arrivée de nouveaux talents et d’un nouveau technicien (Bruno Metus) a permis de tirer la quintessence de ce groupe.

"Il avait réussi à faire jeu égal avec le grand Nigeria devant un stade complètement acquis à la cause des Super Eagles sans compter un arbitrage très tatillon à l’époque", a rappelé "Souris".

El Hadj Malick Sy dit "Souris" avait été, sur proposition à l’époque du ministre des sports Joseph Ndong, porté à la présidence de la FSF.

Après cette phase finale de la CAN, il a fallu attendre le match contre le Maroc à Rabat en éliminatoires de la Coupe du monde pour voir cette équipe donner la pleine mesure de ses capacités.

"Au cours de cette rencontre, on a su qu’une grande équipe était née en dépit de la frustration née du refus de l’arbitre de nous accorder la victoire en dépit d’un but valablement inscrit", est revenu l’ancien président de la FSF.

"A l’époque, le Sénégal avait transformé le stade Léopold Sédar Senghor à un bunker imprenable", a ajouté le président de la FSF, se réjouissant que ce groupe ait pu se qualifier en Coupe du monde.

"On ne va pas refaire l’histoire mais tout le monde sait que ce groupe aurait pu faire mieux", a-t-il par ailleurs ajouté.


SD/PON