Le Cap-Vert, un
APS
AFRIQUE-FOOTBALL-INFRASTRUCTURES

Le Cap-Vert, un "paradis" infrastructurel (président Fédération)

Praia, 14 avr (APS) - Le Cap-Vert, qui fera son retour à la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2022, fait figure de ’’paradis infrastructurel’’ avec 45 terrains synthétiques, dont 19 dans l’île de Santiago qui abrite la capitale Praia, estime le président de la Fédération capverdienne de football (FCF).
 
 
’’Oui, nous avons les infrastructures pour pratiquer le football et faire jouer le maximum de personnes même si on cherche toujours à améliorer’’, a confié à l’APS Mario Semedo, en marge d’un tournoi de foot féminin.
 
’’Les terrains ont été payés par les municipalités, le gouvernement et la Fédération par les programmes +Goal et Forward+’’, a indiqué le président Semedo, au cours d’un tour au siège de la FCF dont la construction a été financée par la Fifa.
 
Le bâtiment, construit en 2006 grâce aux Fonds Goal de la Fifa, est en plein travaux de réhabilitation grâce aux fonds Forward de l’instance dirigeante du football mondial, a-t-il rappelé.
 
Situé dans le quartier de Vazia en plein cœur de la capitale capverdienne et en face du siège du gouvernement, l’infrastructure donne aussi aux techniciens capverdiens la possibilité, après les cours théoriques, de pouvoir passer à la pratique sur un mini terrain en gazon attenant au bâtiment.
 
D’ailleurs, ’’24 chambres construites sur une aile du bâtiment
permettent de loger les équipes de jeunes, les stagiaires et les délégations des associations régionales’’ en voyage dans la capitale capverdienne, a ajouté le président Mario Semedo.
 
’’S’il y a assez de terrains synthétiques, il convient de noter que nous pensons à amener les clubs à se regrouper pour avoir une élite plus dense et plus forte’’, confie Mario Semedo, conforté dans son idée par le président de l’Association des entraîneurs de football, Juanito Carvalho.
 
Le technicien se dit ’’convaincu que le football capverdien qui peut compter sur de bons prospects sur le plan local, a besoin de se réformer en regroupant les joueurs dans quelques équipes’’.
 
Carvalho avait conduit les Requins Bleus locaux lors du tournoi de l’UFOA, joué à Thiès en septembre 2019.
 
’’Le potentiel est énorme, mais il est éparpillé dans plusieurs clubs’’, a-t-il déploré, soulignant que sur l’île de Santiago, qui abrite la capitale Praia, il y a des dizaines d’équipes dans l’élite et en division 2.
 
’’Or, on doit regrouper les talents pour avoir des équipes plus fortes’’, a soutenu Carvalho, porté en janvier dernier à la tête des entraîneurs de football pour impacter sur le football local.
 
’’Habituellement, les entraîneurs étaient choisis parmi les professeurs d’éducation physique et sportive et/ou les anciens joueurs proches de leurs présidents de clubs’’, a rappelé le jeune technicien, selon lequel l’exigence du haut niveau et les besoins de formation ont fait qu’il fallait passer à cette étape.
 
Aussi la Fédération a-t-elle donné son onction pour que cette association puisse jouer sa partition afin d’aider à l’éclosion des talents et booster le football dans l’archipel.


SD/SBS/OID/ASG/BK