La Chambre de résolution, le chaînon qui manquait au football national (Me Senghor)
APS
SENEGAL-FOOTBALL-INSTANCE

La Chambre de résolution, le chaînon qui manquait au football national (Me Senghor)


Dakar, 26 sept (APS) – La Chambre nationale de résolution des litiges dont les membres ont été nommés récemment "est le dernier chaînon manquant" de l’architecture juridique du football sénégalais, a estimé Augustin Senghor, le président de la Fédération sénégalaise de football (FSF).

 
Elle va réguler les relations entre ses différents segments, a-t-il laissé entendre dans un récent entretien avec l’APS.


"Avec notamment la mise en place du football professionnel, les conflits étaient légion et ils tardaient souvent à être résolus à temps", a expliqué Me Senghor interrogé sur la mise route de cette chambre dirigée par Ousmane Kane, ancien Secrétaire général du TAS (Tribunal arbitral du sport).


Le texte a été adopté depuis plusieurs années, a rappelé Me Senghor, soulignant que les deux principaux dirigeants de la structure sont de formation judiciaire, ce qui facilite les choses.


"Mais aussi, ils doivent avoir une connaissance de la situation actuelle de notre football", a-t-il ajouté, expliquant que cette chambre va statuer sur les litiges contractuels entre joueurs et club.

"Elle pourra être saisie de tous les contentieux concernant la période de transfert à venir par le biais de son secrétaire général", a-t-il expliqué au sujet de cette chambre qui aura comme vice-président, le notaire Abdel Kader Niang.


La liberté contractuelle est le principe de base expliquant que quand un footballeur amateur va signer un contrat avec un club professionnel, un barème est fixé pour l’indemnisation du club amateur qui doit continuer par ce canal à poursuivre sa politique de formation et de massification de la pratique de la discipline, a ajouté Me Senghor.


"En cas de désaccord, le problème sera tranché au niveau de la Chambre", a-t-il par ailleurs dit, ajoutant que c’est la première étape de la création de l’économie du football basée sur la solidarité.


Cette Chambre va exiger les contrats signés entre les clubs et les joueurs pour avoir une idée exacte de leur droit afin de mieux cerner d’éventuels problèmes entre les deux parties, a retenu Me Senghor.

Le président de la FSF a en outre souligné qu’"un joueur peut mettre fin à son contrat quand un club reste lui devoir deux à trois mois d’arriérés de salaire".


Les clubs, avec la présence de Samba Diop, Abdoulaye Guèye et Paulin Badji, sont représentés dans la Chambre de même que les joueurs, à travers Cheikh Sidy Ba, Lamine Mboup et Olivier Cabou.


SD/PON