La CAN 2021, le temps de la fracture entre joueurs, clubs et sélections
APS
AFRIQUE-FOOTBALL-ANALYSE

La CAN 2021, le temps de la fracture entre joueurs, clubs et sélections


Dakar, 18 oct (APS) - Plusieurs joueurs africains évoluant principalement en Europe seront face à un dilemme au moment de faire un choix entre jouer la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2021 reportée en janvier prochain pour cause de pandémie de coronavirus et rester à disposition de leur club.
 

Après avoir dialogué sur le sujet, le sélectionneur algérien Djamel Belmadi et son attaquant Andy Delort, qui a rejoint Nice en provenance de Montpellier, continuent d’étaler leurs différends sur ce sujet par médias interposés.
 
Delort, qui n’est pas le premier choix à son poste chez les Fennecs qu’il a rejoint à la surprise générale à la veille de la CAN 2019, a signifié à son sélectionneur national avoir pris la décision de faire "une pause" d’une année avec la sélection algérienne, afin de trouver une place de titulaire en club.
 
Entre temps, il va laisser ses coéquipiers se débrouiller pour la prochaine CAN et les éliminatoires de la Coupe du monde 2022, sur laquelle il ne cracherait pas en cas de qualification des Fennecs.
 
Un manque de respect, a dit Belmadi, soutenu par l’ancien sélectionneur des Bleus, Raymond Domenech, plusieurs anciens joueurs et même la tenniswoman française à la retraite Marion Bartoli.
 
S’il n’a pas évoqué de ’’pause’’, Seko Fofana, le milieu de terrain ivoirien du RC Lens (élite française), a préféré lui aussi faire l’impasse sur les Eléphants pour se consacrer à son club.
 
Le milieu de terrain né en France a joué avec les sélections de jeunes de son pays de naissance avant de se décider pour la Côte d’Ivoire.
 
S’il peut faire l’impasse sur la CAN pour se consacrer à son club, on le verrait difficilement fermer la porte aux Eléphants en perspective notamment du Mondial, une bonne participation à cette dernière compétition pouvant lui permettre de viser une grosse écurie.
 
Fofana, cité parmi les futures pépites du football mondial, avait été attiré par Manchester City (Angleterre), mais n’avait pas répondu à toutes les attentes placées en lui.
 
Il a finalement décidé de prendre du recul pour signer au RC Lens en attendant de trouver un top club.
 
Le Malien Yves Bissouma de Brighton (élite anglaise), pour des raisons difficilement à comprendre, joue aussi au yo-yo avec les Aigles qu’il refuse de rejoindre depuis quelques années.
 
Dans l’un ou l’autre cas, des agents et des clubs n’hésitent pas à mettre la pression sur les joueurs pour les amener à décider de faire une pause avec leur sélection en attendant des moments jugés plus propices.
 
La CAN 2019 jouée en été en Egypte avait fait le plein parce que programmée à un moment où le calendrier ne télescopait pas avec celui des championnats européens.
 
Pour l’édition 2021 de la CAN, des clubs comme Liverpool (élite anglaise) doivent se passer par exemple de trois de leurs éléments importants du 9 janvier au 6 février au plus tôt.
 
Avec le Sénégalais Sadio Mané, l’Egyptien Mohamed Salah et un à degré moindre le Guinéen Naby Keita, les Reds devraient perdre en qualité pour la course au titre en Premier League.
 
D’autres clubs européens avec des ambitions plus modestes seront de la même manière affectés par la CAN 2021 et n’hésiteront pas à user de tous les moyens pour pouvoir compter sur leurs joueurs africains.
 
Il ne serait pas surprenant que d’autres joueurs, à l’image d’Andy Delort, acceptent de faire une pause avec leur équipe nationale, quitte à se fâcher avec leurs supporters.
 
SD/BK