Interdiction des rassemblements : les inquiétudes d’Augustin Senghor
APS
SENEGAL-SPORTS-SANTE

Interdiction des rassemblements : les inquiétudes d’Augustin Senghor

Dakar, 11 déc (APS) – L’interdiction des rassemblements sur les lieux publics y compris les terrains de sport risque de signer ’’l’arrêt de mort’’ du secteur, a averti, vendredi, Augustin Senghor, le président de la Fédération sénégalaise de football (FSF).

Pour freiner la seconde vague de Covid-19, le ministre de l’Intérieur a pris un arrêté rendant obligatoire le port du masque dans les services de l’Administration publique, quel qu’en soit le mode de gestion, les services du secteur privé, les lieux de commerce, les moyens de transport public.

Les rassemblements sont également interdits sur les plages, les terrains de sport, les espaces publics et les salles de spectacle.

’’Toute violation de ces mesures sera punie par les peines prévues par les lois et règlements en vigueur’’, a averti le ministre de l’Intérieur

’’Il est est claire que la mise en application de ces mesures va signer l’arrête de mort du sport sénégalais’’, a en sibstance averti le président de la FSF dans une tribune publiée sur la plateforme ’’Foot local’’.

Me Senghor a en effet jugé inquiétant le fait de rester ’’un an ou plus sans pratiquer le sport dans un pays’’.

Le président de la FSF, candidat à la présidence de la Confédération africaine de football (CAF), estime que le football qui a arrêté ses compétitions en mars dernier doit reprendre.

’’Nous devons jouer parce que les élèves vont à l’école, les étudiants à l’université, les croyants à l’église et à la mosquée, les cérémonies religieuses, familiales et populaires ont repris de plus belle et j’en passe’’, a-t-il dit..

Il a ajouté : ’’Nous devons jouer parce que c’est bon pour la santé publique et pour notre jeunesse. Nous devons jouer parce que hors de chez nous, des pays largement plus affectés que le nôtre ont mis en place des dispositions pour que le sport continue de manière régulée et responsable. Pourquoi pas nous ?’’.

Augustin Senghor a relevé que ’’le monde sportif a jusque-là été très réceptif, discipliné et constructif’’ dans la lutte contre la Covid-19.

’’Mais jusqu’à quand devrons-nous continuer à exposer frais et dépenses nos maigres moyens en tant que clubs, fédérations et groupements sportifs ou d’acteurs sans pouvoirs ?’’, s’est-il interrogé.

Il invite à ’’poser le débat avec tout le respect qui sied auprès des autorités et les convaincre afin de trouver la meilleure solution’’, en faisant ’’du sport à huis clos et dans le respect des gestes barrières est bien possible’’.

SD /OID/AKS