Les élections de la CAF se joueront aussi au sein des gouvernements, selon Antonio Souaré
APS
CAPVERT-AFRIQUE-FOOTBALL-INSTANCES

Les élections de la CAF se joueront aussi au sein des gouvernements, selon Antonio Souaré

Praia, 23 jan (APS) – Les élections générales de la Confédération africaine de football (CAF) vont se jouer au sein de ladite instance, mais aussi dans les milieux politiques de ses Etats membres, a laissé entendre le président de la zone A de l’Union des fédérations ouest-africaines de football, Antonio Souaré.
 
‘’Il ne faut pas se cacher, les politiques auront leur mot à dire. Nous avons cherché à avoir une candidature unique dans notre zone (...), mais c’est un problème qui nous dépasse’’, a-t-il soutenu lors d’une conférence de presse donnée à Praia en marge d’une assemblée générale de la zone A de l’UFOA.
 
Antono Souaré, de nationalité guinéenne, a tenté d’emmener les candidats à la présidence de la CAF à s’entendre sur une candidature unique.
 
Augustin Senghor et Ahmed Yahya, présidents des fédérations de football du Sénégal et de la Mauritanie, deux pays membres de l’UFOA A, sont entrés en lice pour la présidence de la CAF dont l’élection aura lieu le 12 mars à Rabat.
 
D’autres officiels de ladite zone de l’UFOA - constituée de neuf pays - vont briguer des postes au sein du comité exécutif de la CAF dont les membres seront élus le même jour, dans la capitale marocaine. C’est le cas du Guinéen Antonio Souaré, mais aussi du Libérien Mustapha Raji.
 
La candidature d’Augustin Senghor a été a validée, celle de l’Ivoirien Jacques Anouma aussi.
 
Mais il reste à la commission chargée de la gouvernance au sein de la CAF des vérifications à faire, concernant celles d’Ahmed Yahya et du Sud-Africain Patrice Motsepe.
 
Ces deux candidats ont rendez-vous, le 28 janvier, au Caire, avec la commission chargée de la gouvernance. 
 
Cette dernière désapprouve la décision du comité d’urgence de la CAF, ratifiée par le comité exécutif, deux instances qui veulent que les candidatures à la présidence de l’organisation panafricaine de football soient soumises à l’appréciation de la Fifa.
 
Elles arguent que la Fifa a son mot à dire dans la mesure où le président de la CAF est en même temps vice-président de l’instance mondiale.
 
Les membres africains du conseil de la Fifa et ceux du comité exécutif de la CFA seront élus, eux aussi, le 12 mars à Rabat.

SD/ESF