Des dirigeants sénégalais lient leurs succès dans les instances internationales aux ’’bons résultats’’ des équipes nationales
APS
AFRIQUE-FOOTBALL-INSTANCE

Des dirigeants sénégalais lient leurs succès dans les instances internationales aux ’’bons résultats’’ des équipes nationales


De l’envoyé spécial de l’APS : Salif Diallo

Casablanca, 7 fév (APS) - Des dirigeants du football sénégalais ont fait part à l’APS de leur satisfaction de voir "les bons résultats" engrangés par les équipes nationales induire une présence remarquée des dirigeants dans les instances continentales et mondiale.

"Ces dernières années, nous avons noté de bonnes avancées avec la sélection olympique en 2012 et les moins de 20 ans en 2015 et 2017", a d’abord avancé le président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Me Augustin Senghor.

"Après ces victoires sur les terrains, il est heureux de pouvoir constater que des dirigeants intègrent les instances continentales et mondiale", a commenté M. Senghor, qui a intégré vendredi dernier, le comité exécutif de la CAF, duquel le Sénégal était absent depuis 2002 et son dernier représentant au sein de cette instance, avec Mawade Wade.
 
Le président de la Ligue sénégalaise de football professionnel (LSFP), Saer Seck, reconduit au sein de la commission d’appel de la CAF, estime que la promotion des dirigeants sénégalais au sein des instances internationales du football "est loin d’être fortuite".
 
"Il est vrai que nous sommes beaucoup critiqués dans notre pays, mais je suis convaincu que nous ne sommes pas les pires dirigeants que certains veulent décrire, au contraire", a dit le président de Diambars.
 
Aussi dit-il se réjouir de l’arrivée de Me Augustin Senghor "dans le gouvernement du football africain", affirmant toutefois que "le plus dur commence" pour lui et pour le football sénégalais.
 
"Nous devons avec lui travailler de telle sorte qu’il soit réélu dans un an dans ce même comité et que d’autres cadres sénégalais puissent intégrer des commissions de la CAF", a-t-il dit, perspective qui selon lui passe aussi par de bons résultats sur le terrain.
 
Selon Saër Seck, "c’est pourquoi, ensemble, la famille du football national doit travailler pour faire de la CAN 2019 un objectif, quels que soient par ailleurs les résultats de la Coupe du monde 2018".
 
SD/BK