Demba Ba et la Tanière, comme un goût d’inachevé
APS
SENEGAL-FOOTBALL-SELECTION

Demba Ba et la Tanière, comme un goût d’inachevé

Dakar, 16 sept (APS) - Après s’être promis de faire une dernière pige à Lugano (Suisse), Demba Ba, 36 ans, a finalement décidé de raccrocher, laissant l’image d’un footballeur ayant brillé en club mais qui n’aura eu que des étincelles en sélection nationale.
 
Certes, le natif de Sèvres (France) peut se targuer d’avoir évolué aux côtés des meilleurs footballeurs dans les ligues les plus cotées du monde dont l’Allemagne et l’Angleterre, pour ne citer que ces deux pays, mais son passage en sélection nationale a laissé les observateurs sur leur faim.
 
Il a pourtant réussi une entrée fracassante dans la Tanière en sortant les Lions d’un piège à Mwanza (Tanzanie) en mai 2007 (1-1) lors d’un match éliminatoire de la CAN 2008.
 
Dans une sélection boudée par ses stars de l’époque en pleine période de vacances estivales, l’attaquant, qui évoluait à l’époque à Mouscron (Belgique), a marqué le but égalisateur 1-1 de l’équipe dirigée par le Franco-polonais Henri Kasperczak.
 
Si une gastro-entérite l’a fait rater le reste de cette tournée et notamment le match contre le Mozambique (0-0), on voyait le jeune attaquant prendre la relève de la génération 2O02 qui tirait vers la fin de son magistère en sélection.

Après cette étincelle de Mwanza, il a fallu attendre les éliminatoires de la CAN 2012 et une affiche phare contre le Cameroun pour le voir se montrer.
 
Auteur de l’unique but de la rencontre alors qu’il commençait à se faire un nom en Premier League, à West Ham puis à Newcastle, Ba n’a pas confirmé ses bons états de service, notamment à la CAN 2012 où les supporters sénégalais l’attendaient.
 
Bien qu’ayant marqué lors du match de préparation contre le Kenya (1-0), il n’a été que l’ombre de lui-même, à l’image des Lions passés complètement à côté de leur sujet à Bata (Guinée Equatoriale).
 
Depuis cette phase finale, Demba Ba avait fait des va-et-vient en sélection nationale où il a multiplié les incompréhensions avec des entraîneurs.

Au même moment, il cartonnait pourtant en club, de Chelsea (Angleterre) à Besiktas (Turquie) en passant par Shanghai (Chine).
 
Comme un symbole, Aliou Cissé l’a appelé lors de son premier match contre le Ghana (2-1) en mai 2015, mais il a été remplacé par Moussa Konaté, attaquant du FC Sion (Suisse) à l’époque, qui a marqué les deux buts de la victoire.
 
Ce dernier a certainement convaincu par là le sélectionneur national toujours en poste que l’heure du passage de témoin avait sonné, avec l’option que représentait alors la génération de Londres 2012.
 
Tout en continuant à marquer des buts en clubs, Demba Bâ restait aussi en pointe quand il s’agissait de certaines causes, comme la Palestine, le problème des Ouighours (Birmanie), des Rohingyas et la lutte contre le racisme.
 
A ce sujet, son dernier fait d’armes a eu lieu lors d’un match de Ligue des champions entre le Paris-Saint-Germain et le Basakhsehir d’Istanbul (Turquie).
 
En décembre 2020, le PSG, déjà qualifié au second tour de la Ligue des champions, jouait un match sans enjeu au Parc des Princes contre le club turc. Une rencontre lors de laquelle le 4-ème arbitre roumain eut un mot déplacé qui mit le feu aux poudres.
 
Demba Ba en tête, les joueurs des deux camps refusèrent de reprendre la partie qui fut suspendue pour être rejouée le lendemain.
 
Un fait qui restera à jamais gravé dans la carrière de l’international sénégalais qui n’a pas réussi à être le pont entre la génération 2022 et celle de Londres 2012 qui ira au Cameroun avec en tête l’ambition de garnir d’un titre l’armoire à trophée des Lions, qui reste désespérément vide.

SD/ASG/BK