Covid-19 : La résistance enfle contre le refus de libérer les joueurs
APS
AFRIQUE-FRANCE-SANTE-FOOT

Covid-19 : La résistance enfle contre le refus de libérer les joueurs


Dakar, 20 mars (APS) – La fronde contre la décision de ne pas laisser les internationaux continue d’enfler notamment en France où des techniciens et joueurs ruent dans les brancards.



En sus de Bruno Génésio, l’entraîneur de Rennes qui a demandé le report d’une semaine des championnats pour permettre aux internationaux d’être mis à la disposition de leurs sélections nationales, le coach de Lille, Christophe Galtier, a aussi élevé la voix.


L’entraineur dont l’équipe est leader de la Ligue 1 a réclamé une dérogation afin que les sélections puissent disposer de leurs joueurs.


’’Les joueurs font des tests chaque fois qu’ils partent en sélection’’, a rappelé le technicien français dans un entretien publié dans le quotidien sportif, l’Equipe de ce samedi.


’’Je ne vois pas donc pourquoi on ne donne pas une dérogation à tous les salariés de France, ce n’est pas juste’’, a-t-il fustigé.


’’Mettez-vous à la place des sélectionneurs qui doivent se priver de leurs joueurs pour des matchs de qualification à la Coupe du monde’’’’, a t-il poursuivi.


Contrairement aux autres joueurs, les Bleus pourront jouer au Kazakhstan (éliminatoires coupe du monde) le 28 mars puis en Bosnie-Herzégovine) le 31 mars sans observer de septaine et rejouer avec leurs clubs le week-end du 3 et 4 avril.


Une décision qui a étonné le coach de Rennes, Génésio, qui est revenu en France après avoir dirigé un club chinois pendant deux ans.


’’Je ne vois pas pourquoi les joueurs français pourraient partir et pas les joueurs africains, ce n’est pas logique et juste’’’, s’est insurgé l’entraîneur de Rennes qui compte dans ses rangs le gardien, Alfred Gomis.


Gomis fait partie des 26 joueurs sélectionnés par Aliou Cissé pour les matchs devant opposer le Sénégal (26 mars) et l’eSwatini le 30 du même mois.


A Lille, Christophe Galtier qui peut laisser partir sans problème son gardien Mike Maignan chez les Bleus, ne pourrait faire la même chose pour les internationaux turcs, camerounais et autres.



’’Que ce soient nos joueurs français, bi-nationaux jouant pour
une sélection étrangère, que ce soient nos Portugais ou nos Turcs, on est tous salariés de France, on est tous hyper vigilants, on vit tous dans notre bulle, les joueurs font des tests à chaque fois quand ils partent dans leur sélection’’, rappelle Galtier appelant à mettre fin à cette discrimination.


La délivrance d’une dérogation pour un joueur concerné serait possible à la condition que son pays puisse faire valoir un protocole sanitaire validé par une instance sportive internationale comme la Confédération africaine de football (CAF) pour un joueur africain par exemple.


’’Mais à ce jour, les autorités françaises n’ont pas donné de retour en ce sens aux clubs français’’, écrit l’Equipe.


Un silence qui a fait réagir le capitaine Lyonnais, Memphis Depay, attaquant des Pays Bas.


’’C’est très étrange, les Français peuvent revenir du Kazakhstan et ne pas subir de septaine alors que l’impact du virus est très haut en France tandis que les Africains qui reviendront de pays où le virus circule moins seront obligés seront obligés de la faire’’, s’étonne le Néerlandais.


’’Je ne suis pas un politicien, juste un type lamda mais ce n’est pas juste’’, relève le Néerlandais. ’’Aujourd’hui, ne pas faire preuve de discrimination ou de racisme. Cela ne donne pas une bonne image’’, indique l’attaquant de Lyon dont le père est Ghanéen. 



Son entraîneur, Rudi Garcia, navigue entre le soutien de ses internationaux qu’il veut voir aller en sélection et les intérêts de son club qui doit avoir ‘’tout son effectif pour aller jouer à Lens le 3 avril’’.


’’Le gros problème, c’est le sentiment d’injustice entre les
joueurs français A et les Espoirs et pour les autres. Le bon sens, c’est qu’ils puissent tous partir et revenir préparer les matchs’’, estime Garcia qui est favorable à la position de report des matchs en France prôné par son homologue de Rennes et prédécesseur sur le banc de Lyon, Bruno Génésio.


En Afrique, la Fédération sénégalaise de football (FSF), comme
le sélectionneur du Maroc, Vahid Halilodzic, n’ont pas attendu une sortie de la CAF pour ruer dans les brancards en envoyant un courrier à la FFF (Fédération française de football).


En attendant une réponse, la résistance ne faiblit pas contre cette position de la Ligue professionnelle de foot (LPF) aussi condamnée par le syndicat des joueurs, UNFP (Union nationale des footballeur professionnels) qui a demandé à l’Etat français de sévir.


SD/OID