Coupe de la CAF : Le Jaraaf tend vers l’équilibre défensif-offensif selon son entraîneur
APS
SENEGAL-TUNISIE-FOOTBALL

Coupe de la CAF : Le Jaraaf tend vers l’équilibre défensif-offensif selon son entraîneur

Dakar, 15 avr (APS) - L’équipe du Jaraaf, leader de la poule C de la Coupe de la CAF avec sept points au compteur et qui est à une victoire de la qualification en quarts de finale, est en passe d’atteindre son équilibre défensif-offensif, a assuré son entraîneur, Cheikh Guèye.

"En football, il faut toujours chercher l’équilibre, et actuellement, on est bien parti pour l’atteindre", a dit le jeune technicien. Il relève que c’est à ce niveau que son équipe a le plus progressé. 
 
"Le Jaraaf a toujours eu des individualités et notre partition est de faire en sorte que ces individualités soient mises au profit du collectif", a-t-il dit.
 
Cheikh Guèye a tenu à féliciter ses prédécesseurs qui ont "réussi à asseoir l’équipe sur des bases très claires".

Il a précisé que son apport a consisté à trouver l’équilibre entre les animations défensive et offensive.

"Avec toute l’humilité qui sied, nous sommes arrivés à marquer lors des deux derniers matchs de Coupe de la CAF sans encaisser, et c’est très bien", s’est-il félicité.

Il a rappelé que contre l’Etoile Sportive du Sahel (ESS) au match aller (perdu 0-2), la décision était de jouer avec un ’’bloc bas’’.
 
"C’était pour ne pas laisser de l’espace à l’équipe adverse, il fallait la presser dès que les latéraux et les hommes de couloir avaient le ballon", a expliqué Cheikh Guèye.

Selon lui, l’adversaire n’avait pas d’idée pendant presque la durée de la première période de la rencontre.

Une première mi-temps durant laquelle le Jaraaf a eu l’opportunité de scorer, notamment avec Albert Lamane Diène, mais il a malheureusement ratée l’occasion. Il explique que le changement opéré au sein de son groupe avait déréglé la tactique retenue. 
 
"Finalement, l’adversaire a réussi à avoir de la supériorité numérique sur le côté gauche", s’est-il souvenu, avant de soulignher que le Jaraaf n’a encaissé de but que sur des balles arrêtées. 
 
"Ça fait partie du jeu, mais on ne regrette rien, nous avons commis des erreurs sur le plan collectif, mais nous avons tiré les bonnes leçons", a-t-il analysé, soulignant que le Jaraaf n’avait pas de répondant sur le plan offensif au cours de cette rencontre.
 
Après quatre matchs, le Jaraaf sera opposé à l’ESS mercredi 21 avril, au stade Lat Dior de Thiès, un match au terme duquel il validera sa qualification en quart de finale en cas de succès.

SD/ASG/BK