La Fédération ivoirienne de football ne veut pas d’un comité de normalisation et saisit le TAS
APS
SENEGAL-COTEDIVOIRE-SPORTS-INSTANCES

La Fédération ivoirienne de football ne veut pas d’un comité de normalisation et saisit le TAS

Dakar, 29 déc (APS) – La Fédération ivoirienne de football (FIF) a décidé d’user de "toutes les voies de recours" appropriées auprès du Tribunal arbitral de sport, contre la volonté de la Fifa d’installer un comité de normalisation du football en Côte d’Ivoire.
 
Dans un communiqué, le bureau exécutif de la FIF affirme avoir "conclu au caractère fallacieux et impertinent des motifs qui sous-tendent" l’installation en Côte d’Ivoire d’un comité de normalisation. 
 
Le bureau du conseil de la Fifa a fait part, jeudi dernier, de sa volonté de créer ce comité ad hoc, dont les membres seront désignés par l’instance mondiale et la Confédération africaine de football.
 
"Ce comité de normalisation gèrera les affaires courantes de la fédération ivoirienne [et] révisera partiellement les statuts et le code électoral de la FIF, afin de garantir leur conformité", précise la Fifa dans un communiqué.
 
Cette décision a été prise parce que "les instances dirigeantes du football ivoirien ne sont pas parvenues à organiser une procédure électorale conforme aux exigences statutaires et réglementaires applicables à toutes les associations membres de la Fifa". 
 
Le comité de normalisation va également servir de "commission électorale" lors de la désignation d’un nouveau comité exécutif de la FIF, selon le communiqué de la Fifa.
 
François Alla Yao, le directeur de cabinet du ministre ivoirien des Sports, a fait part de l’adhésion du département ministériel à la décision de la Fifa. "S’il n’y avait pas eu de querelles en interne, la Fifa ne serait pas intervenue pour nous imposer la normalisation", a-t-il dit.
 
"Nous n’avons jamais souhaité cette décision, mais elle est arrivée. Qu’on profite de cette normalisation pour recréer la fraternité et taire toutes nos querelles", a ajouté M. Yao.
 
Trois candidats étaient en lice pour la succession d’Augustin Sidy Diallo à la présidence de la FIF : Sory Diabaté et Idriss Diallo, anciens vice-présidents de ladite instance, et Didier Drogba, ancien capitaine des Eléphants de Côte d’Ivoire. 
 
Après avoir retenu les trois candidatures, la commission électorale mise en place par la Fédération ivoirienne de football a ensuite rejeté celle de Drogba.

SD/ESF/BK