CM 2026 : Des soutiens du Maroc redoutent le pouvoir éliminatoire de la commission d’évaluation de la Fifa.
APS
MONDE-AFRIQUE-FOOTBALL

CM 2026 : Des soutiens du Maroc redoutent le pouvoir éliminatoire de la commission d’évaluation de la Fifa.

Dakar, 26 mars (APS) - Des dirigeants africains du Maroc, confiants quant aux chances du royaume chérifien d’abriter la Coupe du monde 2026 aux dépens de la candidature nord-américaine (United 2026), disent redouter le poids de la commission d’évaluation de la FIFA dans le processus de désignation.
 

Cette commission composée de cinq personnes, chargée de donner son avis sur les différents dossiers avant le vote des membres de la Fifa, le 13 juin prochain, peut ainsi amener à rejeter une candidature donnée, rapporte le quotidien sportif français L’Equipe dans son édition de dimanche.
 
Selon le quotidien français, le président de la Confédération africaine de football (CAF), le Malgache Ahmad, soutien affirmé de la candidature marocaine, est le premier dirigeant africain à porter le combat en "s’insurgeant contre le pouvoir éliminatoire" de cette task force.
 
Auparavant, des médias marocains avaient rué dans les brancards, faisant part de leurs craintes de voir le Maroc éliminé par cette commission comptant en son sein l’ancienne vedette croate Zvonimir Boban et qui a en charge d’évaluer les stades, les installations, les transports et l’hébergement.
 
Le risque étant de la voir mettre en avant la candidature commune du Mexique, des Etats Unis d’Amérique et du Canada, selon les mêmes médias citant le quotidien sportif français L’Equipe.
 
Le président de la Fifa a jugé cette sortie des dirigeants africains "pas sérieuse", appuyé en cela par sa secrétaire générale, la Sénégalaise Fatma Samoura qui voit là une attaque contre la crédibilité de l’administration qu’elle dirige. 
 
Mais Gianni Infantino a été tout de même obligé de prendre en compte les craintes de la partie africaine, en mettant au vote les attributions de ladite commission, laquelle est sortie confortée par cette consultation.
 
Les deux candidatures ayant été officiellement déposées auprès de la Fifa lors de son congrès tenu le 16 mars dernier à Bogota (Colombie), il reste les visites d’inspection prévues à la mi-avril avant le vote final prévu le 13 juin, à la veille du coup d’envoi de la Coupe du monde 2018 (14 juin au 15 juillet).
 
La candidature qui sera choisie par les fédérations membres de la FIFA devra obtenir la majorité simple sur les 211 votants soit 106 voix.
 
SD/BK