CM 2018 : l’organisation, le premier défi à relever pour les représentants africains  (Alain Giresse)
APS
MONDE-FOOTBALL-ANALYSE

CM 2018 : l’organisation, le premier défi à relever pour les représentants africains (Alain Giresse)


Dakar, 15 mars (APS) - Les sélections africaines qualifiées pour la Coupe du monde 2018 doivent au préalable relever le défi de la maitrise de l’organisation et de l’intendance pour espérer réaliser une performance, a laissé entendre le technicien français Alain Giresse, qui a dirigé les équipes nationales du Gabon, du Mali et du Sénégal.

"Oui, on peut dire sans risque de se tromper que les footballeurs africains ont largement le niveau mais ce qui fait défaut, c’est surtout l’organisation", a déploré l’ancien sélectionneur national (2013-2015) dans un entretien téléphonique avec l’APS.

"Si ces sélections règlent les problèmes, elles peuvent viser le second tour" du Mondial, a estimé l’ancien milieu de terrain de la France demi-finaliste des coupes du monde 1982 et 1986.
 
Revenant sur la dernière édition de la Coupe du monde jouée au Brésil en 2014, Alain Giresse a évoqué les problèmes d’intendance vécus par le Nigeria, le Cameroun et le Ghana.
 
"Il est difficile (...), pour un footballeur évoluant dans un environnement professionnel en Europe, de se retrouver avec des problèmes logistiques", a souligné l’ancien joueur de Bordeaux et Marseille.
 
Selon lui, les footballeurs africains, qui jouent "souvent les premiers rôles dans leurs clubs, ont besoin d’environnement professionnalisé si on veut qu’ils donnent la pleine possession de leurs moyens".
 
Les sélections africaines, si elles parviennent à se qualifier pour le second tour, ne doivent ensuite "rien se refuser", a par ailleurs estimé Alain Giresse.
 
L’Afrique sera représentée au Mondial 2018 (14 juin au 15 juillet) par l’Egypte, le Maroc, le Nigeria, le Sénégal et la Tunisie.
 
SD/BK