CM 2018 : Youssouf Sabaly, le successeur d’Omar Daf
APS
SENEGAL-FOOTBALL-SELECTION

CM 2018 : Youssouf Sabaly, le successeur d’Omar Daf

+++De l’envoyé spécial de l’APS : Salif Diallo+++
 
Kaluga (Russie), 27 juin (APS) – Youssouf Sabaly, arrière droit à Bordeaux (France), a réussi sa reconversion sur le couloir gauche des Lions jusqu’à crever l’écran contre le Japon.
 
Arrivé pour occuper le poste d’arrière droit, le champion des moins de 20 ans en 2013 avec les Bleuets, occupe avec bonheur le couloir gauche comme Omar Daf en 2002.
 
Actuel membre du staff technique des Lions, Daf avait joué le Mondial 2002 dans cette position sous la conduite de Bruno Metsu. 
 
Plus jeune, l’ancien Parisien qui a souvent dépanné à gauche, a débuté chez les Lions sur ce côté lors de la double confrontation contre l’Afrique du Sud (2-0 et 2-1). 
 
Alors que le Sénégal rêvait du Lyonnais Ferland Mendy à gauche, Sabaly après un coup d’essai contre la Pologne, a osé contre le Japon. 
 
Auteur d’un centre qui a amené le but de Moussa Wagué, le Bordelais fait partie de ces cadres qui n’ont pas besoin d’empiler les matchs pour revendiquer une place de titulaire. 
 
A 25 ans, le natif de la région parisienne qui voyait sa carrière internationale bloquée au PSG qu’il avait rejoint à l’âge de 13 ans, est en train de vivre un rêve éveillé. 
 
A cette époque, selon son ancien éducateur au Chesnay (France), interrogé par le quotidien français, le Parisien de mardi "il possédait de grosses qualités de vitesse, se montrait intraitable dans les duels et avait un bon pied droit". 
 
Son ancien coach chez les U13, Jérôme Klein, se souvient qu’à la fin "de sa première saison, il entre au centre de préformation à Verneuil. Youssouf m’avait écrit un courrier qui disait que j’avais été dur mais que c’était pour son bien et a signé dans la foulée son premier contrat pro avec le club de la capitale". 
 
Le PSG passé sous le pavillon du Qatar 2011 n’arrive pas à lui trouver un temps de jeu suffisant et après une série de prêts à Evian (2013-2015), Nantes (2015-2016) et Bordeaux (2016-2017), où il a été définitivement transféré en 2017 dans ce club qui figure parmi les gros bras du football français. 
 
Et comme Daf en 2002, sans grand bruit, Sabaly trace son sillon jusqu’à susciter l’intérêt de la Commission technique de la Fifa qui le place dans son équipe type, mardi contre le Japon. Contre la Colombie, on attend qu’il évolue à son meilleur niveau pour baliser la voie à une qualification au second tour.
 

SD/ASB/OID