CAN : Les hymnes nationaux, les moments les plus forts (joueurs)
APS
AFRIQUE-FOOTBALL-SOUVENIRS

CAN : Les hymnes nationaux, les moments les plus forts (joueurs)


+++De l’envoyé spécial de l’APS : Salif Diallo+++

Franceville (Gabon), 15 jan (APS) – La Coupe d’Afrique des nations (CAN) est une compétition ’’très spéciale’’ pour tout footballeur ayant la chance de la disputer, et les premiers matchs, surtout ’’l’exécution des hymnes nationaux, restent les moments les plus poignants’’, ont laissé entendre Khalilou Fadiga et Diomansy Kamara, anciens internationaux sénégalais.
 


"Je me rappelle comme si c’était hier mon premier match au Nigéria", rappelle l’ancien numéro 10, en parlant de la CAN 2000, co-organisée par le Ghana et le Nigeria.


"C’était un match contre le Burkina (victoire 3-1) et j’en ai encore la chair de poule", a rappelé celui qui était surnommé le gaucher magique, en évoquant cette victoire contre les Etalons à Kano (Nigeria).


"Ce sont des moments inoubliables, parce que le seul souvenir que j’avais de la Coupe d’Afrique, c’était Sénégal 92 et j’étais très jeune à l’époque", se rappelle le natif de Dakar mais qui a grandi à la Goutte d’or (Paris), en France.


"Quand j’ai entendu les premières notes de notre hymne, je me suis dit : ça y est, on y est", a précisé l’ancien attaquant de Bruges (Belgique).


A l’époque, Khalilou Fadiga binational aurait pu aussi jouer pour la France. La Tanière des Lions était en effet loin d’être attrayante, le Sénégal ayant manqué deux phases finales de CAN (1996 et 1998).


En revanche, Diomansy Kamara, lui, avait arboré le maillot national à une période où si on l’annonçait du côté de la France, les Lions rentraient de la Coupe du monde 2002 avec une place de quart de finaliste.


Alors que certains reporters français le présentaient comme un grand espoir du football français, le natif de Gennevilliers (France) n’a jamais hésité quand il a été fait appel à lui.


Kamara a eu sa première sélection avec Guy Stephan, actuel adjoint de Didier Deschamps chez les Bleus contre le Maroc en match amical (perdu 0-1).


Diomansy Kamara qui a joué en France (Red Star), en Italie (Catanzaro et Modène), en Angleterre (Portsmouth, West Bromwich Albion, Fulham et Leicester), Ecosse (Celtic) et en Turquie (Eskçehirspor), a fait savoir qu’il n’oubliera jamais sa première phase finale de CAN en Tunisie, en 2004.


"C’était unique et géant à la fois", se rappelle Diomansy Kamara qui a fait ses premiers pas en équipe nationale lors de cette CAN 2004.


S’il a été plutôt une doublure en Tunisie, l’ancien attaquant de Fulham avait été l’une des révélations
à la CAN 2006, en Egypte.


"Oui, c’était une grande compétition où on n’avait pas joué la finale à cause d’un arbitrage partisan en demi-finale", rappelle l’ancien attaquant, en parlant de la demi-finale perdue contre l’Egypte (1-2).


"Mais, les souvenirs sont restés ancrés dans ma mémoire depuis mes premiers pas d’internationaux à Tunis", a-t-il dit, soulignant que ce sont des moments inoubliables pour tout footballeur.


"C’est une compétition que je n’échangerais contre nulle autre", a dit l’actuel consultant de la chaîne française Canal Plus.

SD/ASG/MKB