Le Sénégal veut coorganiser la CAN 2025 avec la Guinée, la Gambie et la Mauritanie (président FSF)
APS
AFRIQUE-FOOTBALL

Le Sénégal veut coorganiser la CAN 2025 avec la Guinée, la Gambie et la Mauritanie (président FSF)

Dakar, 11 jan (APS) - Le Sénégal ambitionne de coorganiser l’édition 2025 de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) avec la Guinée, la Gambie et la Mauritanie, a révélé le président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Me Augustin Senghor. 

Le projet du Sénégal, "maintenant que la CAN se joue à 24, est de faire une coorganisation avec nos voisins de Guinée, de la Gambie et de la Mauritanie", a-t-il annoncé dans un entretien publié vendredi sur le site Internet de Radio France internationale (RFI).
 
"Du point de vue géographique, nous avons cette proximité. Les distances ne sont pas énormes", a fait valoir le président de la FSF, selon qui "le Sénégal pourrait être la plaque tournante d’un tournoi de grande envergure, organisé par trois ou quatre pays". 
 
"C’est en tout cas notre ambition. […] Depuis 1992, nous n’avons pas organisé la CAN. Le Sénégal a montré ses capacités à accueillir de grands événements, notamment à travers les CAF Awards. On a des infrastructures qui se développent partout. On est bien loti sur le plan des hébergements, en ce qui concerne les hôtels notamment", a expliqué Me Augustin Senghor.
 
Il a ajouté toutefois que le Sénégal "sera capable, dans quatre ans, d’organiser une grande CAN, seul ou avec d’autres pays".
 
"Si on suit la logique qui est la nôtre à la CAF, le Cameroun organisera la CAN 2021 et ce sera certainement la Côte d’Ivoire qui abritera la CAN en 2023. Le Sénégal ne peut donc que se positionner sur 2025, si la Guinée accepte un principe de coorganisation ou si elle se désiste. […] 2025, ça peut être dans nos cordes", a insisté Me Senghor.
 
Il a signalé que la FSF avait déjà discuté de cette question avec les dirigeants de la Fédération guinéenne de football (FEGUIFOOT). "Mais ça dépend de la volonté politique des deux Etats", a relevé Augustin Senghor.

"C’est d’abord à la Guinée de se dire qu’elle ne va pas organiser seule ce tournoi. Car il y a souvent une question de fierté nationale qui prime’’, consistant à "montrer qu’on est capable d’organiser la CAN tout seul", a conclu le président de la FSF.

BHC/BK/ASG