CAN 2019 : le Béninois Jimmy Adjovi-Bocco revient sur son dilemme lors de Sénégal-Bénin
APS
AFRIQUE-FOOTBALL-SOUVENIRS

CAN 2019 : le Béninois Jimmy Adjovi-Bocco revient sur son dilemme lors de Sénégal-Bénin

Dakar, 7 avr (APS) – L’ancien international béninois Jimmy Adjovi-Bocco a rappelé son ‘’gros dilemme’’ lors du match des quarts de finale de la CAN 2019 entre les Ecureuils du Bénin et les Lions du Sénégal, affirmant qu’il a du sang béninois dans les veines et compte dans le camp sénégalais des joueurs qu’il a formés, en plus de les considérer comme ses ‘’fils’’.
 
‘’Vous voyez bien le dilemme’’, a dit l’ancien international béninois, co-fondateur, avec Saer Seck, Bernard Lama et Patrick Vieira, de l’institut Diambars en 2003. Cette académie basée à Saly-Portudal a formé plusieurs internationaux dont Saliou Ciss et Idrissa Gana Gueye, l’unique buteur lors de la qualification des Lions aux dépens des Ecureuils, lors de cette rencontre.
 
Revenant sur ce match remporté par le Sénégal (1-0), l’ancien défenseur confirme que certains de ses ‘’compatriotes lui en ont voulu’’. Une situation qu’il lie au fait que "c’est Idrissa Gana Gueye’’, l’auteur du but, qui a éliminé le Bénin de la compétition.
 
‘’Et il m’a un peu taquiné lors de l’interview après-match’’, a rappelé Jimmy Adjovi-Bocco, conseiller du ministre béninois des Sports. ‘’Mais vous savez, je suis un sportif et je sais faire la part des choses’’, a-t-il souligné, reconnaissant avoir été malheureux pour son pays et ‘’heureux pour [son] pays d’adoption’’, le Sénégal.
 
‘’En définitive, j’étais le Béninois le moins malheureux’’, a dit Adjovi-Bocco, qui a apporté son savoir-faire à la création de l’institut Diambars.
 
Interrogé sur l’impact de la pandémie de coronavirus sur le football mondial, l’ancien défenseur du RC Lens (France) a rappelé ‘’les conséquences dramatiques pour les hommes et les femmes qui en meurent’’. ‘’Et nous avons payé cher, avec le départ d’un homme exceptionnel en la personne de Pape Diouf’’, a dit l’ancien international béninois. 

Il dit s’attendre à ce que la pandémie de coronavirus ait un impact sur le financement du football africain et mondial. 


SD/ASG/ESF