ACTUALITES
    Bernard Tapie, ‘’un leader, un dirigeant qui poussait les joueurs à tout donner’’, selon Pape Fall
    APS
    SENEGAL-FRANCE-FOOTBALL-NECROLOGIE

    Bernard Tapie, ‘’un leader, un dirigeant qui poussait les joueurs à tout donner’’, selon Pape Fall

    Dakar, 4 oct (APS) – Bernard Tapie, l’ancien président de l’Olympique de Marseille, décédé dimanche des suites d’un cancer, était ‘’un vrai leader, un dirigeant qui poussait les joueurs à tout donner’’, car n’ayant ‘’peur de rien’’, a déclaré Pape Fall, ancien arrière droit de l’OM.
     
    ‘’Je sortais d’une belle CAN en 1986, il n’a pas hésité à me recruter de la SEIB de Diourbel en 1987’’, a témoigné l’ancien international sénégalais revenu au Sénégal prêter main-forte à l’Africa Foot, un club de Régional monté au National 2.
     
    ‘’Il était très proche de ses joueurs, d’une générosité à nulle autre pareille, et c’est pourquoi on l’appelait Tapie l’Africain’’, a rappelé Pape Fall. 
     
    Après l’OM, Fall a joué pendant plusieurs saisons au SM Caen, où il a poursuivi une carrière de technicien.
     
    Très populaire, Tapie savait déléguer ses pouvoirs à Michel Hidalgo et à Jean-Pierre Bernès, s’est souvenu Pape Fall. Selon lui, le dirigeant sportif était très courageux dans sa gestion et ses décisions.
     
    ‘’Il a gardé le même courage face à la maladie’’, a témoigné
    Pape Fall, rappelant avoir régulièrement eu des nouvelles de l’ancien président de l’OM durant sa maladie.
     
    ‘’Il a lutté dignement contre cette maladie et le meilleur hommage que l’OM puisse lui rendre, c’est de baptiser le Vélodrome à son nom’’, a dit l’ancien arrière droit. 
     
    Bernard Tapie était respectueux envers les joueurs et bannissait le racisme, a témoigné Fall. Avec Tapie, les joueurs étaient employés en fonction de ce qu’ils pouvaient apporter au groupe, a-t-il ajouté. 
     
    Sa photo la plus reprise après la victoire en Ligue des champions en 1993 est celle où il était entouré du Ghanéen Abedi Pelé, tireur du corner repris par le Franco-Ivoirien Basile Boli, auteur de la reprise de la tête victorieuse lors de cette finale jouée contre le Milan AC.
     
    D’ailleurs, en rendant hommage au défunt, le fils de la légende ghanéenne, André Ayew, écrit dans un tweet : ‘’Le papa de mon papa (RIP), thank you for everything, l’unique boss’’.
     
    Evoquant Bernard Tapie dans son livre ‘’C’est bien plus qu’un jeu’’ (Editions Grasset, 2013), Pape Diouf, qui a aussi dirigé l’Olympique de Marseille, déclare que ses relations avec le président de l’OM n’avaient rien de tranquille.
     
    ‘’Entre nous deux, cela ne pouvait pas être simple. J’étais à moi tout seul une poche de résistance, une force bien moindre’’, a écrit le journaliste Pape Diouf, ancien employé du journal La Marseillaise.
     
    ‘’Ma voix portait moins, mais Tapie évidemment entendait cette voix dissonante : il m’a très tôt identifié et nous avons commencé à avoir des relations assez particulières faites de hauts et de bas, de conflits et de réconciliations, d’injures et de mea culpa. C’était Tapie avec sa personnalité’’, écrit Pape Diouf, décédé de coronavirus le 1er avril 2019.
     
    Pape Diouf, devenu un célèbre agent de joueurs et président de l’OM après sa carrière de journaliste, d’ajouter : ‘’Je persiste à penser que non seulement les victoires de l’OM ont été le fruit de la démarche de Tapie, mais aussi le triomphe de l’équipe de France lors de la Coupe du monde 1998. Il est celui qui a fait comprendre aux joueurs français qu’ils pouvaient gagner.’’


    SD/ASG/ESF