Abdoulaye Diaw évoque Jean Fidèle Diramba, ancien arbitre gabonais
APS
SENEGAL-GABON-FOOTBALL-SOUVENIRS

Abdoulaye Diaw évoque Jean Fidèle Diramba, ancien arbitre gabonais

Dakar, 29 déc (APS) – Le nom du Gabonais Jean Fidèle Diramba, dont le pays va abriter la CAN 2017 du 14 janvier au 5 février, est celui qui vient à l’esprit des Sénégalais férus du ballon rond des années 1980-1990, comme le journaliste Abdoulaye Diaw, à l’évocation de mauvais arbitrage en Afrique.

Interrogé sur cet arbitre dont le nom est sorti des armoires à souvenirs après la piètre performance du Ghanéen Joseph Lamptey lors du match Afrique du Sud-Sénégal (2-1) de novembre dernier, l’ancien reporter de Radio Sénégal (publique), Abdoulaye Diaw, rappelle que tout est parti d’un match de basket dans les années 80.

‘’C’était un match de basket AS Police de Dakar et Anges ABC du Gabon’’, s’est souvenu Abdoulaye Diaw, chroniqueur à la radio privée RFM. Depuis cette rencontre, dit-il, Diramba avait dans son collimateur les sportifs sénégalais. ‘’Les gens l’ont chahuté après la victoire de l’AS Police et il est parti très déçu et furieux depuis lors et il a mis le Sénégal sous sa gâchette’’, a-t-il dit, en revenant sur le match Zaïre (actuelle RDC)-Sénégal en éliminatoire de la CAN 1988.

‘’Sur cette double confrontation, les deux équipes étaient à égalité 0-0’’, rappelle Diaw, soulignant qu’il avait décidé, à la surprise générale, de faire reprendre un tir à un footballeur zaïrois qui venait d’être arrêté par Samba Fall. A l’époque, le portier de la Linguère de Saint-Louis, qui avait remplacé Cheikh Seck blessé, venait de stopper le tir au but zaïrois, se remémore Abdoulaye Diaw, décoré mardi pour services rendus au sport par un sponsor de l’équipe nationale de football, dans un grand hôtel de la capitale sénégalaise.

‘’Diramba avait fait exprès pour faire retirer ce penalty parce que son objectif était de faire éliminer le Sénégal’’, a commenté l’ancien reporter de la radio publique. ‘’D’ailleurs, au cours du match, Roger Mendy et Racine Kane avaient décidé de défendre très haut pour ne pas avoir de contact avec les attaquants zaïrois de peur d’être sanctionnés par un penalty’’, rapporte Abdoulaye Diaw, citant ces défenseurs sénégalais.

Et ce n’est pas ce seul match arbitré par le sifflet gabonais actuellement à la retraite qui, dans un entretien publié dans le quotidien le Soleil du 14 février 2012, niait avoir eu une dent contre le Sénégal. ‘’Moi contre le Sénégal ? Jamais’’, avait répondu Diramba, retraité en 2012 et qui était à l’époque selon le même quotidien président de la Commission centrale des arbitres du Gabon.

Sur les accusations portées contre sa personne, Jean Fidèle Diramba avance des incompréhensions entretenues avec Jules Bocandé, ancien attaquant vedette du Sénégal. ‘’Tout est parti d’une faute de jeu commis sur Bocandé venu disputer un match amical à Libreville alors qu’il évoluait au FC Metz’’, écrit le quotidien gouvernemental citant l’ancien arbitre gabonais.

Ces soupçons l’ont suivi en Egypte lors de la CAN 1986 quand Bocandé, apprenant qu’il allait siffler la partie contre la Côte d’Ivoire, avait menacé de ne pas jouer la rencontre, et jusqu’en 1987 lors du match retour Zaïre-Sénégal.

Il reconnaît toutefois avoir eu un échange verbal avec Bocandé qui lui avait : ‘’Dis-moi combien les Zaïrois t’ont payé. Et je te double’’. ‘’Je lui ai rétorqué concentre toi. Tu es plus riche que moi mais je n’ai pas besoin d’être payé, sinon on n’en serait pas aux tirs au but. Et quand il a mis son tir au but à côté, je lui ai lancé : dégage, petit joueur’’, a dit Diramba, cité par la même source.

Jean Fidèle Diramba a sifflé durant cinq CAN (1984, 1986, 1988, 1990 et 1994) et dirigé deux finales Egypte-Cameroun en 1986 et Algérie-Nigeria en 1990. L’ancien arbitre qui a officié lors des Coupes du monde des moins de 17 ans et 20 ans, a été aussi un ancien basketteur, rugbyman et golfeur.

SD