Sénégal-Côte d’Ivoire, une demi-finale qui se gagnera sur des details (Aly Ngoné Niang)
APS
AFRIQUE-BASKET-ANALYSE

Sénégal-Côte d’Ivoire, une demi-finale qui se gagnera sur des details (Aly Ngoné Niang)


Dakar, 3 sept (APS) - La demi-finale de l’Afrobasket masculin 2021 entre le Sénégal et la Côte d’Ivoire, prévue ce samedi à Kigali (Rwanda), va se jouer "sur des détails" entre deux équipes qui ont réussi à relever leur niveau de jeu même quand elles ont été acculées dans cette compétition, a analysé l’ancien meneur de jeu des Lions, Aly Ngoné Niang.



"Concernant le Sénégal, elle doit faire attention aux pertes de balles et se munir d’un mental de fer parce que l’équipe ivoirienne va essayer de leur faire du rentre-dedans pour les sortir du match", a expliqué à l’APS, l’ancien meneur sénégalais, vainqueur de l’Afrobasket 1997 avec les Lions.


S’y ajoute que les Eléphants disposent d’une "bonne défense qui a fait montre d’une grande agressivité durant le tournoi", a ajouté Aly Ngoné Niang, par ailleurs entraîneur de l’équipe masculine de l’AS Ville de Dakar.


"La Côte d’Ivoire dispose de 3- voire 4 joueurs de haut niveau dont le pivot, qui est un Américain naturalisé (Matt Costello)", a commenté Aly Ngoné Niang, précisant n’avoir suivi que deux matchs de la Côte d’Ivoire pendant cet Afrobasket 2021.


"Sur cette demi-finale, tout dépendra du Sénégal qui doit bien défendre sur cette équipe ivoirienne et jouer son propre jeu", a
conseillé l’ancien meneur international.

Il assure toutefois que le Sénégal peut compter sur son potentiel pour répondre à tous les défis.


"Avec des contre-attaques et des transitions, on peut régler l’équation ivoirienne", a-t-il commenté.

Cette demi-finale fait penser à la demi-finale Sénégal-Angola de l’Afrobasket 1997 selon Aly Ngoné Niang.



"C’était un match difficile, très dur à gérer sur le plan mental avec une équipe angolaise agressive en défense et qui multipliait les fautes pour nous empêcher de jouer", a-t-il rappelé.

Le Sénégal avait été obligé de jouer en "attaques placées".


"Il a fallu un mental de fer et beaucoup de courage parce qu’au même moment, le Sénégal avait perdu son adresse sur les tirs primés et sur les lancers francs", se souvient-il.


En définitive, le Sénégal avait réussi à passer ces écueils et gagner sur le fil (53-47).

SD/ASG/BK