APS
AFRIQUE-MONDE-ATHLETISME

"On n’a pas besoin de s’expatrier pour gagner des titres" (technicien)


Dakar, 7 août (APS) – Anthony Koffi, l’entraîneur de l’athlète ivoirienne Marie Josée Ta Lou médaillée d’argent au 100 aux Mondiaux de Londres, dimanche, a fait savoir que "les conditions sont réunies" pour réussir de grandes choses avec les athlètes sur le plan local.



"Les athlètes n’ont pas besoin de s’exiler pour gagner des titres olympiques et mondiaux et l’argent remporté par Ta Lou confirme encore une fois, si besoin en était, cette idée", a dit dans un entretien téléphonique le technicien ivoirien du CIAD (Centre international d’athlétisme de Dakar).


"Avec les conditions climatiques que nous avons, il suffit de démultiplier les séances d’entraînement et de compétition pour être au niveau des meilleurs", a-t-il dit, appelant toutefois à un recyclage des techniciens locaux.


Anthony Koffi avait également permis à la Botswanaise Amantle Monthso, autre pensionnaire du CIAD de devenir championne du monde en 2011 (Daegu). Il a souligné que les Sud-Africains (Van Niekerk 200 et 400m et Akini Simbine 6-ème de la finale du 100m) et le Botswanais Isaac Makwala (400m) s’entraînent chez eux.


"Les conditions sont réunies en Afrique et il manque parfois du matériel didactique", a-t-il ajouté, indiquant sur la nécessité pour les athlètes africains de croire en leurs techniciens.


Anthony Koffi, a par ailleurs salué la performance par la sprinteuse ivoirienne qui a battu son record personnel.


"Je suis très heureux en tant que technicien d’avoir vu mon athlète décrocher une médaille d’argent. C’est une grande victoire pour elle et pour le sprint africain", a dit le technicien ivoirien.


"On peut toujours penser au titre de championne mais l’argent aux Mondiaux, c’est très bon à prendre", a-t-il dit, indiquant n’avoir pas été surpris par cette 2-ème place.


L’athlète ivoirienne qui a franchi la ligne d’arrivée avec un temps de 10.86 (record personnel), n’avait pas suffisamment incliné son buste et sa tête au moment de franchir la ligne d’arrivée, contrairement à l’AméricaineTori Bowie sacrée championne du monde à un centième près.


Sur cette médaille d’argent, Anthony Koffi qui a porté la Botswanaise Amantle Monstho au titre mondial en 2011, indique n’avoir
pas été surpris.


Après Amy Mbacké Thiam en 2001, la Botwanaise Montsho en 2011, Ta Lou est la 3-ème pensionnaire du CIAD a gagné au moins une médaille aux championnats d’athlétisme.


Le CIAD, une initiative de Lamine Diack, ancien président de l’IAAF (Fédération internationale d’athlétisme) avait mis en place cette structure pour permettre aux athlètes africains de pouvoir rester sur place et de bénéficier des conditions idéales d’entraînement. 


SD/PON