Les jeunes Fatou Gaye et Nafy Mané apportent un peu d’espoir
APS
SENEGAL-AFRIQUE-ATHLETISME-RESULTATS

Les jeunes Fatou Gaye et Nafy Mané apportent un peu d’espoir


Asaba, 2 août (APS) – Les jeunes spécialistes du 400m dames, Fatou Gaye et Nafi Mané, se sont qualifiées au temps en demi-finales des 400m dames des 21-èmes championnats d’Afrique seniors d’athlétisme, apportant un peu d’espoir dans une délégation sénégalaise où l’ambition affichée ‘’est la reconstruction’’, a constaté l’envoyé spécial de l’APS.



Arrivées 4-èmes, les deux jeunes athlètes qui se sont qualifiées au temps avec respectivement 54s 40 et 54s 62, n’ont pas fait le poids lors des demi-finales.


Interrogée après sa course, Nafy Mané a parlé ‘’d’objectif atteint avec les demi-finales’’.


’’C’est bien d’arriver en demi-finale et de faire ainsi deux courses au moins’’, a dit la jeune athlète de 21 ans, étudiante à l’INSEPS de Dakar.


’’Il est difficile de trouver du temps et les infrastructures pour s’entraîner correctement’’, a expliqué la spécialiste du 400m dames.


Quant aux sprinters Moulaye Sonko et Henri Bandiaky, ils n’ont pas réussi à dépasser le cap des demi-finales du 100m hommes.


’’C’est une grosse déception’’, a commenté Moulaye Sonko, dont la première participation aux championnats d’Afrique date de 2014 (Marrakech). ’’A Durban, j’avais déjà réussi à faire les demi-finales et j’ambitionnais d’arriver en finale’’, a dit Sonko, enseignant d’Education physique et sportive au Lycée John F. Kennedy de Dakar.



’’Avec un emploi d’enseignant, ce n’est pas évident de trouver du temps pour les entraînements et en plus, nous devons jongler avec la disponibilité du stade Léopold Sédar Senghor souvent fermé quand un match y est programmé’’, a déploré Moulaye Sonko qui ne s’entraîne ’’que trois fois par jour’’.



Aux 100m haies, si Adja Arette Ndiaye a réussi à se qualifier en finale grâce à son temps, Gnima Faye quant à elle, a buté sur la 2-ème haie avant de s’arrêter et de prendre sa tête entre les mains.


‘’C’est très difficile de terminer de la sorte parce que j’avais dans mes jambes une finale voire un podium’’, a justifié la spécialiste des haies basée en France depuis 10 ans. ‘’C’est cruel ce qui m’est arrivée’’, a-t-elle ajouté.



Au 400m chez les hommes, ni Ibrahima Mbengue (6-ème avec 48s 59) ni Malick Djibulou (5-ème avec 48s 41) n’ont réussi à passer les séries, éliminés dès le premier tour de même que Djibril Nar Fall au 800m.

SD/OID/ASG