La Ligue de Dakar vise 2000 pratiquants à l’horizon 2021(président)
APS
SENEGAL-ATHLETISME-AMBITIONS

La Ligue de Dakar vise 2000 pratiquants à l’horizon 2021(président)

Dakar, 20 nov (APS) - La Ligue d’athlétisme de Dakar compte engranger 2000 nouveaux licenciés à l’horizon 2021, dans le cadre de son "opération de massification" doublée d’une quête de sponsors, dans l’espoir de demeurer la locomotive de la discipline sur le plan national, a déclaré à l’APS son président El Hadj Bara Thiam, réélu en octobre dernier pour un nouveau mandat de quatre
ans.

"A l’horizon 2021, à la fin de notre mandat, l’objectif est de tourner autour des 2000 licenciés", a indiqué M. Thiam, estimant que de manière générale, "les jeunes adorent pratiquer l’athlétisme".
 
"Nous avons mis en place une feuille lors de notre première élection, quatre ans plutôt, et nous avons eu le plaisir d’avoir encore la confiance de la famille de l’athlétisme qui nous a recommandé de continuer" dans cette perspective, a-t-il dit.
 
La mise en œuvre de la "feuille de route" ainsi retenu passe par "plus de travail" dans le sens de l’augmentation du nombre de licenciés et la quête de moyens devant permettre aux pratiquants et à leurs encadreurs de se mettre résolument à la tâche, selon El Hadj Bara Thiam.
 
D’environ un millier de pratiquants actuellement, la Ligue de la capitale compte ainsi porter à 2000 le nombre de ses adhérents, a fait savoir son président, selon lequel six partenaires ont dans le même temps accepté d’accompagner sa structure.
 
"Ce n’était pas évident mais nous avons réussi" à attirer des sponsors, a souligné El Hadj Bara Thiam, ajoutant que de même, la Ligue de Dakar a conduit avec succès une opération d’informatisation de ses activités.
 
Il assure que la ligue de Dakar "a réussi à multiplier le nombre de compétitions", appelant l’Etat à la réfection du stade Iba Mar Diop et des pistes d’athlétisme de Galandou Diouf de Rufisque et d’Amadou Barry de Guédiawaye.
 
"Ce n’est ni les pratiquants ni les encadreurs qui manquent mais il leur faut des moyens pour pouvoir travailler décemment", a-t-il dit, avant de signaler que ces deux dernières années, c’est l’instance qu’il dirige qui a pris en charge la visite médicale des athlètes.
 
SD/BK