Championnats d’Afrique d’athlétisme d’Asaba : mise en route poussive
APS
AFRIQUE-ATHLETISME-REPORTAGE

Championnats d’Afrique d’athlétisme d’Asaba : mise en route poussive


+++De l’envoyé spécial de l’APS : Salif Diallo

Asaba (Nigeria), 31 juil (APS) – Les championnats d’Afrique seniors d’athlétisme, qui démarrent ce mercredi à Asaba (Nigeria), ont enregistré leurs premiers couacs avec une logistique mal assurée dans le transfert des athlètes vers le lieu de la compétition, a constaté l’envoyé spécial de l’APS.

Arrivée dimanche en début de soirée à Lagos, la délégation sénégalaise, après plusieurs tentatives, n’a été transférée que ce mardi matin, laissant une partie des dirigeants et des bagages dans la capitale économique nigériane.
 
Le marathon dans le déplacement des athlètes vers la capitale du Delta sur le site des compétitions a débuté lundi matin dans une ambiance bon enfant. Mais, au fur et à mesure que les changements d’horaires et du lieu d’embarquement se sont accumulés, la joie a fait place à l’incrédulité et la grande colère avec le sentiment d’avoir perdu son temps pour rien.
 
D’un premier aéroport desservant l’intérieur, les athlètes et leurs encadreurs ont été dirigés vers un autre dans des vans où ils ont été entassés comme des sardines.
 
Les athlètes sénégalais ne sont pas les seuls logés dans cette galère, les Sud-africains, Marocains et autres, arrivés plus tôt dans la capitale économique nigériane, ont connu les mêmes difficultés avant de pouvoir disposer d’un vol en direction d’Asaba.
 
Malgré l’espoirs d’être présents sur la liste des préposés à l’organisation de l’embarquement, la journée de lundi n’a pas permis de décanter la situation. Pire, pour le retour à l’hôtel, ils ont été balladés d’un réceptif à un autre avant d’arriver vers minuit dans un hôtel où on acceptait que le comité d’organisation, pour régler la note.
 
Rendez-vous est pris pour mardi matin de très bonne heure pour le réveil et le petit déjeuner avant le départ pour l’aéroport d’embarquement.
 
Echaudés par le traitement dont ils ont été les victimes, les athlètes sénégalais avaient juré de ne plus se laisser faire.
 
Et, après avoir avalé pour certains aux aurores un petit déjeuner fugace, ils ont montré leurs muscles à leurs homologues zambiens qui ont eu le malin plaisir de vouloir se glisser dans le bus mis à leur disposition.
 
"C’est non", décidèrent les athlètes qui ont fait monter tous leurs compatriotes avant d’accepter que leurs collègues puissent entrer dans le bus où il y avait quelques places vides.
 
A l’embarquement, ils ont joint le geste à la parole, décidés qu’ils étaient à occuper l’espace et à se faire attendre.
 
Sitôt la liste des athlètes à embarquer épuisée, ils ont pris possession de l’endroit et refusé de se laisser distraire par des membres du comité local d’organisation et certains candidats au voyage qui voulaient se glisser dans les mailles du filet.
 
Et de guerre lasse, les dudits de demander à tous les Sénégalais de se joindre à l’embarquement sans ticket et sans être inscrits dans le manifeste mais aussi sans bagages.
 
Après avoir réussi le pari d’embarquer dans le vol sans incident, ils pouvaient esquisser quelques pas de danse à leur arrivée à Asaba où un groupe de folklore local attendaient les participants à la compétition.
 
En attendant d’entrer en lice ce mercredi, ces jeunes, qui pour la plupart, découvrent les championnats d’Afrique d’athlétisme, ont gagné le pari de prendre part aux compétitions, en attendant de les réussir.
 
Une autre paire de manches à Asaba où cette organisation au début mal emballant est aux antipodes du tableau de niveau mondial avec des vedettes telles que l’Ivoirienne, Marie José Ta Lou, une des meilleures sprinteuses (100 et 200m) du monde.
 
Faudrait-il qu’elle ne mette pas ses menaces à exécution. En effet, après avoir longtemps poireauté dans la salle lundi avant de prendre place dans son vol, elle avait expliqué ne pas pouvoir courir mercredi.
 
"Je ne vais pas courir, je suis vraiment très fatiguée", a dit l’ancienne pensionnaire du Centre international d’athlétisme de Dakar (CIAD) qui mène la course en tête dans les meetings de la Diamond League de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF).
 
Sur place, le Comité local d’organisation, mis au courant des nombreuses récriminations, essaie de se plier en quatre comme ce préposé au transport qui s’est mis avec sa voiture à la disposition de deux reporters sénégalais pour les conduire aux accréditations et les ramener à leur hôtel.

SD/ASG/PON