56 ans après, Abdou Seye a eu un ’’héritier’’
APS
SENEGAL-FRANCE-ATHLETISME-SOUVENIRS

56 ans après, Abdou Seye a eu un ’’héritier’’

Dakar, 19 août (APS) – Le sprint français a dû attendre de 1960 à 2016, soit 56 ans après Abdou Sèye aux Jeux olympiques de Rome, pour gagner une médaille olympique en sprint avec celle de bronze remportée par Christophe Lemaître sur 200m avec un temps de 20.12, dans la nuit de jeudi à vendredi à Rio (Brésil).
 
 
‘’Obligé de concourir’’ sous les couleurs françaises en lieu et place de la Fédération du Mali qui venait d’accéder à l’indépendance mais n’était pas encore qualifiée au CIO (Comité international olympique), l’athlète français d’origine sénégalaise avait permis à l’époque à l’athlétisme français de se faire un nom dans le sprint mondial.
 
Dans un entretien publié à l’hebdomadaire le Sportif du 21 juillet 1992, l’ancien athlète décédé en 2011 à Thiès, indiquait qu’il aurait pu prétendre à la médaille d’or au vu de ses chronos de l’époque.
 
 ‘’La visite que lui rendirent dans sa chambre ses idoles, Jesse Owens et Mc Kinley, le déconcentrèrent fortement’’, avait indiqué le sprinter qui est rentré après au Sénégal où il a occupé les fonctions de directeur technique et d’entraîneur du sprint à la Fédération sénégalaise d’athlétisme.
 
L’Africain-Américain, Jesse Owens, dont la photo ornait la chambre d’Abdou Sèye, avait remporté quatre médailles d’or aux JO de 1936 à Berlin (Allemagne), au grand dam du régime nazi d’Adolf Hitler, qui vantait la supériorité de la race aryenne.
 
"S’il n’avait pas remporté la médaille d’or qui est revenue à un sprinteur italien du nom de Berruti, l’athlète sénégalais a tout de même inscrit son nom au palmarès olympique avec cette médaille de bronze et un chrono de 20.7
 
Et pourtant, Abdou Seye n’avait commencé l’athlétisme que six années auparavant, quand il était sous les drapeaux... français à Toulon.
 
‘’Je n’avais jamais fait de l’athlétisme, je faisais seulement un peu de cross et pour figurer dans l’équipe junior de football du Foyer France Sénégal (ancêtre du Jaraaf de Dakar), Maguette Diack nous obligeait à en faire’’, avait-il rappelé. 
 
Même après le refus du CIO de le voir concourir sous les couleurs de la Fédération du Mali (Soudan français et Sénégal), il voulait arborer un écusson aux couleurs du Mali sur le maillot français.
 
Mais un refus net lui fut opposé même si quelques mois plus tôt, il avait défendu les couleurs de la Fédération du Mali lors des Jeux de la Communauté à Antananarivo (Madagascar).
 
56 ans après son bronze et cinq ans après son décès, Abdou Sèye est remis en selle par cette médaille de bronze du sprinter français Lemaître qui est une surprise du chef côté français où on attendait plutôt Jimmy Vicaut, finaliste du 100m.

SD/ASG