Keur-Mboucki : les jeunes protestent contre la suspension des navétanes
APS
SENEGAL-SPORTS-HUMEURS

Keur-Mboucki : les jeunes protestent contre la suspension des navétanes

Keur Mboucki (Kaffrine), 3 nov (APS) – Les jeunes de la commune de Keur-Mboucki, dans le département de Mbirekelane (Kaffrine, centre) ont manifesté, dimanche, leur indignation par rapport à la décision prise par leur sous-préfet, Cheikh Anta Dieng, consistant à suspendre les navétanes dans cette localité.


Suite à un incident survenu le 24 septembre dernier lors d’un match de football, le sous-préfet de Keur-Mboucki, Cheikh Anta Dieng, avait décidé, par arrêté, de suspendre les navétanes dans cette commune située dans le département de Mbirekelane.

‘’Nous, jeunes acteurs du mouvement, sommes déçus et très indignés par cette décision du sous-préfet. Car, les navétanes, au-delà de leur caractère sportif, constituent des moyens de retrouvailles entre jeunes d’une même communauté’’, a protesté le président de la zone 6A de Keur-Mboucki, Baye Sette Diouf, lors d’un point de presse.

Selon lui, les navétanes font partie des moyens les plus efficaces pour rassembler, fonder et renforcer des liens d’amitié entre jeunes.

‘’Cette suspension des navétanes à Keur-Mboucki ne participe pas à la promotion d’une jeunesse épanouie, saine de corps et d’esprit’’, a-t-il fait valoir.

‘’Nous sommes forts nombreux aujourd’hui à manifester notre indignation par rapport à cette décision de notre sous-préfet’’, a ajouté Baye Sette Diouf.

Il a signalé que les acteurs sportifs de cette localité ont rendu plusieurs fois visite au sous-préfet pour lui faire part de la situation et de leur engagement à terminer les compétitions dans un esprit de sportivité et de fairplay. 
 
‘’Malgré ces assurances, aucune décision allant dans ce sens de lever la suspension n’a été effectuée’’, a encore déploré M. Diouf.

‘’Après avoir noté des événements gravissimes lors d’un match de football à Keur-Mboucki, j’ai décidé d’arrêter les navétanes. L’autorité publique est le chargé de l’ordre public et de la paix civile’’, a réagi le sous-préfet de Keur –Mboucki, Cheikh Anta Dieng, dans un entretien avec l’APS.

Au mois de septembre, a-t-il expliqué, les jeunes de la commune de Keur-Mboucki ont eu des difficultés au sein de leur zone parce qu’il y a une ASC de Nguer qui a perdu et qui a contesté la décision de l’arbitre.

Et, poursuit M. Dieng, au cours d’un autre match opposant deux équipes de Keur Mboucki, l’équipe de Nguer est venue et a envahi le terrain alors qu’elle ne jouait même pas. ‘’Elle a envahi le terrain avec des gourdins, des coupe-coupe et a brulé des pneus sur le terrain’’, a-t-il déploré.

‘’Heureusement, ce jour-là les jeunes des autres équipes n’avaient pas réagi autrement on aurait décompté des victimes corporelles. Nous avons arrêté les navétanes afin de donner le temps aux jeunes et de leur laisser faire leur introspection, réfléchir et maîtriser leurs troupes’’, a dit l’autorité.

‘’Cette mesure consistant à arrêter les navétanes est prise pour que les gens réfléchissent et comprennent les enjeux du mouvement sportif. Le mouvement navétane ce n’est pas l’exutoire de la violence’’, a expliqué Cheikh Anta Dieng.
 
 
 
 

MNF/MD