Suspension des championnats : la sérénité de mise dans les médias sportifs
APS
SENEGAL-SPORTS-MEDIAS-SANTE

Suspension des championnats : la sérénité de mise dans les médias sportifs

Dakar, 15 mars (APS) – Des patrons des journaux sportifs et des journalistes des sports espèrent toujours trouver de la ‘’matière’’ pour l’information de leur public, malgré la suspension des évènements sportifs au Sénégal et dans des pays où évoluent des footballeurs sénégalais.
 
‘’Nous n’avons jamais envisagé d’arrêter de sortir notre journal parce que la matière est bien présente, et nos compatriotes auront toujours besoin d’informations sportives’’, assure Mamadou Ibra Kane, le patron du groupe Africome et éditeur des quotidiens Stades et Sunu Lamb.
 
‘’Nous sommes vraiment zen parce que les Sénégalais ont besoin de savoir comment font leurs internationaux face à cette situation et ont aussi envie de savoir quelles conséquences économiques, sociales et juridiques aura la suspension des rencontres sportives’’, ajoute M. Kane. 
 
Le patron du groupe Africome est certain que la suspension des évènements sportifs est une source d’informations dans la mesure où il va falloir savoir à quelles occupations vaquent les sportifs.
 
Mais la suspension des combats de lutte ne laisse pas indifférent le patron de Sunu Lamb, un journal consacré uniquement à ce sport.

‘’Avant même la décision des autorités concernant l’arrêt des manifestations sportives, la lutte vivait déjà une situation compliquée. Mais on verra, les prochains jours, quelle attitude avoir, concernant notre journal sportif’’, dit-il.
 
Hubert Mbengue, le directeur de publication du quotidien sportif Record, estime que la suspension des compétitions aura des conséquences sur les médias spécialisés ne publiant que des informations sportives.
 
‘’Aujourd’hui, la pandémie de coronavirus dicte sa loi aux manifestations sportives. Tout est effectivement à l’arrêt’’, fait-il remarquer, espérant que les médias exclusivement sportifs devront patienter pour mieux savoir ce qu’il en sera de leur audience et leur chiffre d’affaires.
 
‘’Comment les clubs vont-ils vivre cette trêve forcée ?’’ se demande Mbengue, assurant que la rédaction qu’il dirige prendra ‘’des initiatives’’ en réponse à la suspension des événements sportifs et ‘’aura des ressources pour satisfaire au mieux les besoins de lecture et d’informations des lecteurs’’.
 
A L’Observateur, un journal d’informations générales, le chef du desk des sports, Idrissa Sané, est très confiant. Il y aura toujours de la ‘’matière’’, dit-il.
 
‘’Je suis convaincu qu’on aura toujours la possibilité de remplir nos pages sportives, et de correcte manière’’, soutient Sané.
 
L’espoir est également de mise chez les journalistes et les responsables des télévisions et radios sénégalaises et des radios.
 
Cheikh Tidiane Gomis de la radio privée Walf FM, qui dirige ‘’Tour des stades’’, l’une des émissions sportives les plus suivies au Sénégal, estime que les médias doivent s’adapter à l’interdiction des rassemblements et à l’organisation des manifestations sportives.
 
‘’Je sais qu’on n’aura plus de matchs à couvrir, mais on aura toujours des invités pour parler de l’actualité sportive et informer le public de la manière dont les clubs vivent cette nouvelle donne’’, assure Gomis.
 
Adama Kandé, animateur d’une émission sportive hebdomadaire de la chaîne privée 2STV, est serein, car ‘’aussi bien sur le plan local qu’au niveau international, il y aura chaque jour des informations, donc de la matière’’.
 
La preuve, dit-il, le président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Augustin Senghor, sera invité par la 2STV à commenter ‘’le bouleversement du monde du sport par le coronavirus’’.
 
Il sera donc question, lors de la prochaine émission, des ‘’conséquences’’ de la suspension des manifestations sportives, sur ‘’les plans local et international’’, selon Kandé. Il va interviewer le président de la FSF, qui est en même temps membre du comité exécutif de la Confédération africaine de football et vice-président de la commission d’organisation de la Coupe d’Afrique des nations, la compétition la plus lucrative pour l’organe de régulation du football du continent.

SD/ESF