Matar Ba préconise ’’un dialogue permanent’’ entre la médecine traditionnelle et l’anti-dopage
APS
SENEGAL-MONDE-SPORTS-DOPAGE

Matar Ba préconise ’’un dialogue permanent’’ entre la médecine traditionnelle et l’anti-dopage

Dakar, 24 juin (APS) – Le ministre sénégalais des Sports préconise ’’un dialogue permanent’’ entre la médecine traditionnelle et les politiques de lutte anti-dopage pour sauvegarder l’intégrité du sport et des athlètes.
 
’’Il est essentiel d’instaurer un dialogue permanent et dynamique entre médecine traditionnelle et politique de lutte antidopage dans le cadre d’une stratégie globale de sauvegarde de l’intégrité du sport et de l’athlète’’, a déclaré le ministre des Sports.
 
Matar Ba a fait cette déclaration, mardi, lors d’une conférence ministérielle virtuelle axée sur le thème : ’’La pharmacopée traditionnelle, valeurs du sports et Covid-19 : une perspective africaine’’.
 
Parlant du risque de voir ’’des athlètes, des dirigeants et des encadreurs véreux faire ou tenter de faire du dopage en utilisant la pharmacopée traditionnelle’’, le ministre souligne la nécessité de s’entendre sur les mesures préventives.
 
Pour cela, il pense ’’à une démarche conjointe de l’Unesco et du mouvement sportif international auprès des Etats et de l’Union africaine qui pourrait être initiée, étudiée et opérationnalisée en vue de l’élaboration d’un cadre juridique protecteur et approprié à cet effet’’.
 
Selon lui, ’’les Jeux olympiques de la jeunesse 2022 (prévus au Sénégal) pourraient être mis à contribution pour élargir et approfondir la réflexion afin de dégager sur cette thématique de la plus haute importance une position commune qui engagerait toute l’Afrique’’.
 
Le ministre sénégalais des Sports qui intervenait aussi en tant que vice-président du Bureau de la 7-ème conférence des parties à la Convention internationale contre le dopage dans le sport, met en parallèle la contradiction entre la marginalisation de la médecine traditionnelle et ses praticiens et le taux important de personnes qui ’’en font usage dans nos pays sur le continent’’.
 
Au Sénégal, Matar Ba qui est par ailleurs maire de Fatick (centre), rappelle que 70 à 80% de la population utilise la pharmacopée traditionnelle.
 
Et le contexte d’interrogations sur le système de santé moderne dont les failles et les insuffisances n’ont jamais été aussi visibles qu’avec la pandémie de la Covid-19 est un terreau fertile à un plus grand usage de cette médecine, a laissé entendre le ministre des Sports.

SD/OID/ASB