Les espoirs suscités par le football gomment les flops de Rio 2016
APS
SENEGAL-SPORTS-BILAN

Les espoirs suscités par le football gomment les flops de Rio 2016


          +++Par Salif Diallo+++

Dakar, 26 déc (APS) – Le football sénégalais principalement avec les espoirs suscités par les qualifications des sélections A et junior aux phases finales des Coupes d’Afrique des nations (CAN) de leurs catégories ont permis au public sportif d’oublier le flop de la participation nationale aux Jeux olympiques de Rio, au Brésil, en août dernier.



Vainqueur de sa poule de qualification à la CAN avec 18 points pris sur 18 possibles, l’équipe nationale de football dirigée par Aliou Cissé a charrié un grand espoir de retour au premier plan du football sénégalais sur la scène continentale.


Si des observateurs continuent d’avoir des inquiétudes sur la qualité du jeu produit par l’équipe nationale, les deux derniers classements FIFA de l’année 2016 (novembre et décembre) qui placent le Sénégal en leader dans la zone Afrique, confirment ce grand bond en avant.


Avec Sadio Mané, l’attaquant de Liverpool (élite anglaise) qui truste les nominations en attendant les titres, les Lions seront très attendus à Gabon 2017 (14 janvier au 5 février) dans une poule très
relevée composée de l’Algérie, de la Tunisie et du Zimbabwe.


Donc dès ce premier mois de l’année 2017, les observateurs sauront si les espoirs suscités par la bonne posture lors des éliminatoires de la CAN avec un parcours sans faute, seront concrétisés.


Depuis la CAN 2006, le Sénégal attend de prendre part au second tour de la CAN.


En dehors de l’équipe senior, l’espoir est toujours en place avec les Juniors qui ont, sous la direction de Joseph Koto, acquis leur qualification pour la phase finale de la CAN de leur catégorie prévue en février-mars 2017 à Lusaka (Zambie).


En attendant cette échéance, Koto qui a réussi à atteindre cet objectif, une première depuis 1995, le Sénégal n’ayant pas eu besoin de passer par les éliminatoires pour l’édition 2015, en étant le pays organisateur, cette équipe nationale a aussi soulevé de grands espoirs.


Avec son sacre en début décembre à Lomé (Togo) au tournoi de l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine) mais aussi au tournoi de Doha (Qatar) en septembre dernier, où elle a enlevé haut la main le tournoi en dominant la Corée du Sud et l’Uruguay principalement, les Juniors confirment la bonne santé
de la petite catégorie au Sénégal.


Le sacre de l’équipe nationale de beach soccer à Lagos (Nigeria) fait partie de ces bonnes nouvelles du sport national.


Avec cette victoire à la CAN de football de plage, la 4-ème de leur histoire (2008, 2011et 2013), l’équipe nationale de beach soccer est devenue la plus titrée du continent et obtient dans la foulée sa qualification à la Coupe du monde de la discipline prévue en avril prochain à Nassau (Bahamas).


A côté de ces titres et qualifications, l’année sportive 2016 a permis de constater qu’au niveau des sports de combat, de l’athlétisme et de la natation, le fossé est immense entre le niveau national et celui mondial voire même continental.


La preuve, c’est le flop magistral enregistré à Rio (Brésil) où aucun représentant sénégalais n’avait atteint les quarts de finale de sa discipline.


L’écrasante majorité a été éliminée dès le premier tour notamment les deux athlètes, Amy Sène (marteau) et Amadou Ndiaye (400m haies) qui n’ont dû d’ailleurs leur présence à Rio qu’à des invitations (wild card).


En lutte, Isabelle Sambou, comme une brindille d’espoir en huitième de finale, s’est cassée en quart de finale face à la Japonaise Saori Yoshida par 3 à 0 chez les moins de 53 kg.


Adama Diatta a lui aussi passé un tour mais c’est tout puisqu’il a été éliminé en huitième de finale chez les moins de 57 kg.


Balla Dièye au taekwondo, Hortense Diédhiou au judo, Alexandre Bouzid (escrime), Abdou Khadre Niane et Awa Ly Ndiaye (natation) n’ont fait qu’une seule sortie à Rio avant de sortir.


Au total, ils étaient 24 athlètes dont deux paralympiques, Dague Diop (disque et javelot) et Youssoupha Diouf (lancer du javelot) à faire le déplacement à Rio mais ils n’ont pas réussi à revenir avec des accessits.


L’équipe féminine de basket, championne d’Afrique a retrouvé les JO mais avec le même résultat, aucune victoire dans ses matchs qui serviront à préparer le prochain Afrobasket dames selon l’entraîneur national, Moustapha Gaye.



SD/PON