Diass : un acteur culturel mise sur l’art et l’artisanat pour booster le développement local
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES

Diass : un acteur culturel mise sur l’art et l’artisanat pour booster le développement local

Mbour 6 mars (APS) – Le directeur du complexe culturel ‘’Ndofnane’’, Dame Faye, dit vouloir s’appuyer sur l’art et l’artisanat pour booster le développement local, en faisant éclore les talents artistiques et artisanaux des jeunes de la commune de Diass (Mbour, ouest).

‘’Notre objectif principal est de faire éclore les talents nichés dans notre terroir’’, a-t-il dit lors d’un défilé de mode qu’il a initié. Il invite les jeunes de la commune de Diass à croire aux produits locaux qui, selon lui, n’ont rien à envier à ceux qui sont produits ailleurs dans le monde.

Selon lui, cela permettra aux artistes, aux artisans et aux stylistes-modélistes qui manquent de soutien et d’accompagnement, d’avoir la possibilité d’être compétitifs, surtout en perspective du démarrage des activités de l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD) qui va créer beaucoup d’opportunités.

‘’Avec le démarrage des activités de l’AIBD et de celles de la nouvelle Zone économique spéciale, les artisans, bien organisés, pourront gagner des marchés dans la confection des tenues pour les entreprises qui vont s’y implanter dans le cadre de leur Responsabilité sociétale d’entreprise (RSE)’’, a-t-il expliqué.

Il estime néanmoins que cela passe par une bonne anticipation des artisans et des stylistes-modélistes. ‘’Donc, nous devons nous préparer en conséquence et capturer toutes les opportunités qui s’offrent à nous’’, a-t-il exhorté.

A ce propos, il compte particulièrement sur l’accompagnement, notamment un partenariat de l’Institut français de Dakar. Le complexe culturel de Ndofnane, dont il est le directeur, s’intéresse également aux questions d’éducation, a-t-il signalé. 

‘’Je veux contribuer à la promotion du capital humain sur qui tout pays doit compter pour son émergence économique et sociale’’, a-t-il indiqué.

‘’A travers nos activités, nous essayons de créer des tribunes d’échanges qui ont pour seul but d’accompagner l’enfant’’, a encore dit M. Faye. Il estime que le problème en Afrique, est que l’’’on reçoit tout de l’Hexagone [France], alors que nous sommes dans un monde du donner et du recevoir’’.

ADE/LTF/ASG