UCAD : ouverture d’un colloque sur l’identification en Afrique contemporaine
APS
SENEGAL-AFRIQUE-IDENTIFICATION

UCAD : ouverture d’un colloque sur l’identification en Afrique contemporaine

Dakar, 22 juin (APS) - Un colloque pluridisciplinaire de deux jours (22 et 23 juin) se tient depuis vendredi matin à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, sur le thème : "Identités de Papier, papiers d’identité en Afrique contemporaine (XIXE‒XXIE siècle)’’, a constaté l’APS.
 
Cette manifestation scientifique est organisée par l’axe de recherche "Identité, identification et bureaucratisation en Afrique Subsaharienne (XIXe -XXIe siècle)’’, en partenariat avec le programme ANR PIAF "La vie sociale et politique des papiers en Afrique’’ (CERI- Sciences po - IMAF). Elle a enregistré la participation d’universitaires venus du Sénégal, d’Afrique, d’Allemagne, de la France, et des acteurs de l’identification comme les greffiers.

Parlant des acteurs de l’identification, Séverine Awenengo Dalberto, chercheuse associée au Centre de recherche sur les politiques sociales (CREPOS) et membre du comité scientifique et d’organisation du colloque, a déclaré que ‘’le colloque ne se limite pas au seul champ de l’Etat et de l’identité juridique légale.

En effet, ‘’une considération est faite sur la pluralité des institutions et acteurs de l’identification et/ou de la production de documents d’identité’’, a-t-elle indiqué. Elle a déclaré que ces acteurs périphériques peuvent être, entre autres, des confréries, des associations, des églises, des entreprises, des syndicats.

Selon un document distribué à l’assistance, ‘’ce colloque invite ainsi à explorer de manière empirique les différentes dimensions, parfois ambivalentes, de l’identification bureaucratisée depuis le XIXe siècle jusqu’aux temps les plus immédiats’’.

Le texte indique également que ‘’dans le processus de construction des Etats contemporains, la bureaucratie identificatoire et l’établissement de documents d’identité ont été des instruments essentiels de contrôle sociopolitique, de centralisation du pouvoir et d’institutionnalisation de la nation.’’

Venu ouvrir cette rencontre, le recteur de l’UCAD, l’historien Pr Ibrahima Thioub, est revenu sur l’évolution de l’identification en Afrique occidentale française (AOF). Il a rappelé qu’en Afrique coloniale, ‘’l’identification n’a toujours pas été une identité de papiers.’’ Selon lui, ’’d’autres formes d’identification, comme l’habillement, la coiffure ont précédé ces formes modernes et servaient d’identification’’.

SMD/ASG/OID