Tambacounda : un processus de planification des ressources en eau de la Sandougou en cours
APS
SENEGAL-EAU-GESTION

Tambacounda : un processus de planification des ressources en eau de la Sandougou en cours

Tambacounda, 10 avr (APS) - Un processus de planification des ressources en eau (de la vallée du Sandougou) est en cours, en vue de protéger cette denrée, dans une zone à cheval sur les départements de Tambacounda et Goudiry, dans le cadre du projet PEPAM-UE. 
 
Divers acteurs intervenant autour de l’eau s’étaient regroupés au conseil départemental de Tambacounda, lors d’un atelier régional de restitution des rapports bilan diagnostic des plans de gestion des ressources en eau (PGRE) et de la situation de référence sur les actions GIRE dans la sous-unité de gestion et de planification (UGP) Sandougou.
 
Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la composante GIRE, engagée au titre du projet PEPAM-UE, financé par l’Union européenne, a indiqué Niokhor Ndour, directeur de la gestion et de la planification des ressources en eau au ministère de l’Hydraulique et de l’Asaainissement. 
 
Le groupement du bureau d’études SOFRECO-MSA qui élabore un rapport bilan diagnostic du plan de gestion des ressources en eau et le consortium d’ONG Eau vive-Caritas qui a réalisé une situation de référence sur les actions GIRE, dans la sous-UGP Sandougou, ont fait des communications, à cette occasion.
 
A terme, chacune des communes concernées par la sous-UGP sera dotée d’un plan local de GIRE. Avant la fin du processus, des comités locaux eau seront aussi mis sur pied dans les communes, afin de prévenir les conflits liés à l’utilisation de l’eau. 
 
Au terme du processus participatif qui prendra en compte les observations des populations et des participants à cet atelier, des actions de planification verront le jour, a annoncé M. Ndour. L’on peut s’attendre à la réalisation d’ouvrages hydrauliques, d’aménagements hydro-agricoles dans la vallée du Sandougou. Des dispositions seront aussi prises pour empêcher la pollution de la ressource.
 
Parmi les préoccupations nationales, "il y a l’exploitation des ressources en eau, avec la dégradation de leur qualité, l’inéquité dans l’accès à la ressource entre les zones et les différentes activités socioéconomiques", avait relevé Niokhor Ndour.  
 
Le territoire national est divisé en 5 unités de gestion et de planification des ressources en eau en 28 sous-UGP, dont celle de Sandougou. Les sous-UGP constituent des entités géographiques ayant des conditions plus ou moins homogènes sur le plan des ressources en eau et des ressources naturelles.

ADI/ASB/OID