Joola : l’Etat continuera à perpétuer le ‘’devoir de mémoire’’, assure Augustin Tine
APS
SENEGAL-TRAGEDIE-COMMEMORATION

Joola : l’Etat continuera à perpétuer le ‘’devoir de mémoire’’, assure Augustin Tine

Ziguinchor, 26 sept (APS) – L’Etat du Sénégal sera toujours aux côtés des familles des victimes pour continuer à perpétuer le devoir de mémoire envers les personnes emportées par le naufrage du "Joola", a déclaré lundi à Ziguinchor (sud) le ministre des Forces armées, Augustin Tine. 
 
‘’Le devoir de mémoire sera toujours perpétué’’, a lancé M. Tine, devant une foule nombreuse et silencieuse à la gare maritime de Ziguinchor, où autorités administratives, politiques, religieuses et coutumières étaient réunies pour la cérémonie officielle de commémoration du naufrage dudit bateau.
 
Pour cette cérémonie de commémoration marquant le 14ème anniversaire du naufrage du bateau "Le Joola", M. Tine est accompagné du ministre de la Pêche et de l’Economie maritime Oumar Guèye, du ministre de la Fonction publique, Viviane Bampassy du ministre-conseiller Benoit Sambou et du chef de cabinet du président de la République, Abdoulaye Badji.
 
Depuis l’évènement tragique du Joola, a relevé M. Tine, ‘’l’Etat travaille sans relâche avec plusieurs projets de développement dédiés à la zone sud, pour créer les conditions d’installation d’une paix durable et d’un développement économique’’.
 
‘’Un travail titanesque a été abattu dans cette quête de la paix. Depuis c douloureux évènement, les autorités sénégalaises, conscientes de leurs responsabilités, continueront à renforcer les actions de préservation de risques’’, a poursuivi Augustin Tine.
 
Pour sa part, le président de l’Association nationale des familles des victimes, Moussa Cissokho, a réaffirmé les deux fortes doléances de sa structure : le renflouement du bateau et la réouverture du dossier judiciaire.
 
‘’Les familles des victimes réclament sans relâche le renflouement du bateau pour faire le deuil et permettre aux disparus d’avoir une sépulture digne’’, a rappelé Moussa Cissokho.
 
Devant les autorités, les familles des victimes ont, elles aussi, réclamé la ‘’réouverture du dossier’’, pour faire la lumière sur le naufrage et situer les responsabilités. ‘’Il est inadmissible d’entretenir le culte de l’impunité en classant le dossier au Sénégal et en France pour faire passer par pertes et profits la plus grande catastrophe maritime de l’humanité’’, a regretté M. Cissokho.
 
Le bateau "Le Joola", l’unique navire qui reliait, à l’époque, Ziguinchor, au sud du Sénégal, à Dakar avait chaviré le 26 septembre 2002, au large de la Gambie.
 
La catastrophe avait fait 1.863 morts et disparus, selon un bilan officiel. Seules 65 personnes avaient survécu. Mais selon les associations des victimes, le nombre de morts s’élèverait à plus de 2.000 personnes. 

MTN/OID/ASG